*** Le tour du lac de Monteynard par les passerelles himalayennes

Cette randonnée du tour du lac de Monteynard (Trièves, Isère, à 40mn de Grenoble et 2h de Sisteron) a été faite à l’occasion de la rencontre Alp’en fête 4 organisée par les Geocacheurs de Provence et de Partout. Tout en montées et descentes, dont certaines raides et glissantes, elle passe au dessus de deux longues passerelles métalliques réservées aux piétons et VTTistes. Un petit goût d’aventures, en particulier parce qu’il y a toujours du vent, du monde et que ça bouge ! Du fait qu’ils soient uniquement accessibles en bateau, les bords du lac sont restés très sauvages.

Album de mes photos sur google +

ticket pour la traversée du lacJ’ai réservé le bateau la Mira à 10h au départ de l’embarcadère de Treffort, presque en face du camping de la plage où je suis installée pour trois nuits (traversée d’une demie heure, 5€ en 2016). Le ciel est couvert, avec un léger vent pratiquement toujours présent. Le pilote, de sa voix posée et quelque peu envoûtante, devise sur le lac de Monteynard-Avignonet, sa construction, son niveau d’eau qui varie considérablement tout au long de l’année, ses secrets… Je sais maintenant pourquoi il y a si peu d’oiseaux sur ce lac : les oiseaux ne peuvent nicher sur ses berges à cause de la montée imprévisible de l’eau ; les poissons sont sans doute bien plus nombreux.
Le capitaine raconte l’histoire du village de Savel, disparu en 1962 à la suite de la montée des eaux mais déjà vidé de ses habitants.

Quand les eaux sont basses, on peut apercevoir des cèpes de vignes non arrachés des cultures de l’époque

Je descends de la Mira sur le bord opposé du lac, à l’embarcadère de Mayres-Savel. GPS au cou et lunettes de soleil sur le nez, je me dirige vers la première cache, devant laquelle plusieurs personnes sont déjà en chasse ; nous décidons de constituer l’équipe NiCro€, association de nicoulina, Cro-magnonne et V!NC€.

sentier près de la plagemont AiguilleNous longeons le bord du lac, sur un petit sentier à plat : bonne mise en jambe. Rapidement, le lac fait place au Drac dont le lit s’est élargi avec le lac de barrage. Au loin la citadelle calcaire du mont Aiguille sur la falaise orientale du Vercors, a été laissée là par l’érosion. Henri Giraud (vidéo YouTube) réussit à atterrir avec son avion sur cette plate-forme de 80 m sur 20 m, en août 1957.

GC6HEQ5 Le banc [Alp4], spgeo

A l’entrée du sentier de découverte, un panneau nous rappelle ce qu’a dit notre capitaine : on peut voir en contre-bas d’anciens pieds de vigne du temps où les habitants de Savel vivaient de l’agriculture et de la vigne ; ils fabriquaient un vin rouge ou blanc léger qu’ils vendaient aux communes avoisinantes.

campanule carillonPasserelle sur le Drac : on arrive !Notre sentier bientôt s’éloigne de la seule route qui mène à la base de loisirs et que l’on a atteint plus rapidement par le bateau qu’en voiture ; il dessine de grosses bosses et monte régulièrement jusqu’à la passerelle himalayenne sur le Drac que nous devinons au loin au dessus du Drac. Les fleurs de cette campanule carillon sur une tige robuste, sont les plus grandes de la famille Campanula. Au détour d’un virage la passerelle disparaît pour réapparaître bientôt face à nous.

L’arrêté municipal de 2014, placardé à l’entrée de la passerelle, interdit les sauts en élastique ; le règlement interdit le passage en moto et les jours d’orage. 220 m de long, 1.20 m de large, entre 45 m et 85 m au dessus de l’eau en fonction du niveau du lac qui peut varier de 40 m ; la structure pèse 60 tonnes et 800 personnes peuvent s’y trouver en même temps. Quelques promeneurs s’inquiètent de la solidité de l’ensemble quand ils nous voient nous affairer autour des câbles ; en vérité nous cherchons vainement la cache

GC1RT2F La passerelle du Drac, alex38

La surface de l’eau frisotte, preuve d’un léger vent ; afin d’accentuer les sensations, je décide de ne pas me tenir aux garde-corps mais arrivée au milieu, ça remue un peu plus et je change d’avis.

Piste tranquilleVue sur le château depuis le lieu de pique-niqueLe paysage change : nous sommes dans un frais sous-bois, fort agréable aux heures les plus chaudes. La terre desséchée garde les traces des rigoles. Le lieu de pique-nique est choisi de façon à profiter de la vue lointaine sur le lac et du château perché sur une falaise en face (je ne sais pas son nom).

RuisseauPrairiesNous reprenons notre marche, appréciant la modeste cascade du ruisseau des Lavanches. A l’approche de Villarnet, le seul endroit où il est possible de remplir sa gourde sur ce tour du lac, les vaches paissent tranquillement, les champs remplacent les sous-bois. Bientôt, après une belle grimpette, nous retrouvons la D34E qui va jusqu’à Villarnet et d’où partent de nombreux promeneurs qui ne veulent pas faire toute la boucle.

Pont de BrionGorges non loin de la vue sur le pont BrionLe parcours continue dans la forêt domaniale d’Ebron ; un selfie à 636 m d’altitude devant le lac immortalise notre rencontre. La descente vers la prochaine passerelle est trompeuse : des montées et descentes qui se succèdent ; en haut de la falaise de Brion, nous pouvons voir le vieux pont suspendu de Brion que j’ai traversé en voiture avec Yves hier, et d’impressionnantes gorges vers la droite.

L’existence d’un pont à cet endroit semble remonter à la plus haute Antiquité, mais […] il fut à plusieurs reprises emporté par les eaux. […] Reconstruit à partir de 1732 […] il n’en restait plus, en 1795, qu’un sentier de trois pieds de large. En 1854, un pont « en fil de fer » est jeté à 96 mètres du fond de la gorge, un péage est instauré jusqu’en 1880. […] il assurait, au XIXe s. encore, l’unique liaison entre les cantons de Mens et de Monestier-de-Clermont. En 1951, le pont actuel est construit. […] Plus récemment, il fut le cadre d’une des scènes finales du film de Bertrand Blier « Buffet froid ». Isère Patrimoine

GC19Z9E Pont de Brion, Jean CLOU

Descente très caillouteuse vers la passerelleLa descente s’accélère ; à quelques virages de la fin, elle se transforme en passage caillouteux, raide, dérapant à peine protégé par une barrière de corde. Je la redoute énormément et me laisse devancer par de jeunes intrépides. Un promeneur photographie notre groupe devant la seconde passerelle sur l’Ebron, un peu moins longue mais plus impressionnante car traversant les gorges à pente verticale.

Piste tranquilleLa large piste bien plus fréquentée, autorise un peu de repos… jusqu’à ce que les jeunes, ayant à choisir entre la piste familiale et la sportive, opte pour la seconde – bien sûr – qui descend en pente raide dominant un peu les bords du lac.

La petite passerelle [Alp4], XAMTAL

IMG_1525Photo Cro-MagnonneLa confluence entre le Drac et l’Ebron avec sa pointe de terre qui s’avance vers le lac paraît bien calme. Ce qui a été descendu, doit être remonté et là, c’est dur, très dur même, surtout en fin de randonnée.

Voiles colorées sur le lacAprès le ruisseau de Baraton, sur le lac, souffle un vent thermique régulier qui a contribué à sa réputation : un ballet de voiles multicolores assure l’animation permanente du site.

Château d'HerbelonLe château d’Herbelon, demeure que nous avions vue depuis le bateau, avec en toile de fond, le sommet de l’Obiou, est désormais un restaurant ; le menu porte des noms gastronomiques évocateurs mais qui choquent Cro-Magnonne à cause de l’effeuillée de fraicheur potagère, simple salade, à 16€. Ce château remanié a gardé le charme du XVIIe siècle avec une salle voûtée qui peut se trouver sous le niveau de l’eau. Les chambres habillées de bois et de pierre disposent de lits à baldaquin… que je n’ai pas essayés.

Le sentier maintenant quitte la route pour se rapprocher du lac et croise le sentier d’interprétation.

GC5WANW Lac de Treffort-Avignonet2, mikeval38

Tranquillement nous retrouvons l’extrémité du parking de la base nautique ; nous nous quittons après avoir loggué la cache lac de treffort-avignonnet, de mikeval38.

Un parcours sportif, varié en terrain et paysage, avec de superbes vues sur les montagnes et le lac, riches en caches (plus d’une trentaine que je n’ai pas toutes citées), avec un brin d’aventures à vivre en groupe sur les deux passerelles himalayennes.

Pour découvrir les passerelles par un simple aller-retour, prendre la voiture :

  • se garer en bas du pont de Brion (Lavars), monter jusqu’au point de vue puis redescendre vers la passerelle sur l’Ebron
  • se garer à Mayres-Savel ou près de la base de loisirs ; atteindre la passerelle du Drac.

Deux conseils pour terminer :

  • avant de partir pour cette longue boucle qui dure toute la journée, surveiller la météo, assez vite changeante
  • réserver le bateau la Mira dans un sens ou dans l’autre pour ne pas se trouver bloqué.

Terminons avec une citations de Giono :

J’aime particulièrement le Trièves. Cette plaine tourmentée qui s’étend en triangle sous l’Obiou et le Grand Ferrand. Je suis à pied d’œuvre pour mes marches dans la montagne. Et puis j’aime la vie avec ces paysans âpres et doux. Extrait de l’interview réalisée à Lalley en Juillet 1935

passerelles himalayennes traceImage de l’itinéraire 17km700 (dont 3,700km de bateau), 215m dénivelée (+960, -960), 7h20 au total (5h35 déplacement)

©copyright randomania.fr


Partager sur FacebookPartager par mail

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *