Azay sur Cher, l’eau au fil des siècles en Val de Cher

Une randonnée sans difficulté, le long du Cher, affluent de la Loire ; je ne suis pas très loin de sa confluence avec le fleuve (Villandry, une trentaine de km), et il est donc large et son débit assez rapide. Mais quel calme sur ses berges ! je n’ai rencontré personne, seuls quelques oiseaux effarouchés se sont enfuis sur mon passage
Toutes les photos de l’album

Le lavoir près du parking BesnardPlaine de LeugnyLe parking Besnard n’est pas indiqué sur la carte : il se trouve à côté du lavoir juste avant le pont sur le Cher que je traverse pour démarrer sur l’autre rive. C’est le point de départ des circuits de randonnées. Ce lavoir, construit en 1888, est alimenté en eau par la fontaine Sainte-Tutrille autrefois baptisée Saint-Aoustrille.

le lavoir d’Azay sur Cher, Chickilim

Le sentier qui longe le Cher se trouve au bout des jardins des maisons qui le bordent ; il rejoint alors la rue des Ursulines puis pendant un moment se frotte aux plaines immenses comme celle de Leugny avec ses champs de céréales et ses prairies. Poste de chasse ?Les bosquets d’arbres me gênent pour observer les oiseaux.
A quoi peut bien servir ce curieux cabanon de parpaings surélevé ? un poste de chasse ?
Quand j’arrive aux abords de Nitray, un sentier se rapproche de la rivière et je me laisse tenter. Le  grillage de la propriété sert de guide mais bientôt ce sera quasiment impossible de continuer : les cannes sont si serrées que je peux à peine passer entre elles, la terre s’éboule et finalement, je me trouverai au pied d’une passerelle près du barrage sans pouvoir rejoindre le sentier ; je vous le déconseille.

Bâtiments modernes du moulin de NitrayDu moulin à eau de Nitray datant du XIVè, on ne voit rien de ce côté : il est situé sur un îlot à côté du barrage ; depuis peu, il a une nouvelle roue à aubes que vous pourrez voir avec une paire de jumelles quand vous serez sur l’autre rive. Au XIXè devenu manufacture de limes, on y étirait l’acier.

Une belle borne blanche gravée ‘D St M’ – doyenné de Saint-Martin – rappelle que l’un des trois chemins de Borne directionnelle du chemin de St-MartinSaint-Martin, le chemin de Trèves de Vendôme à Tours, passe à Saint-Martin-Le-Beau. La forme de cette borne directionnelle se veut ressemblante à celles du Doyenné de Saint-Martin qui marquaient la limite des parcelles appartenant au chapitre de Saint-Martin de Tours.

Variante 1 : visiter l’église de Saint-Martin 4 km aller et retour depuis le moulin.

Cette commune [Saint-Martin le Beau] tire son nom de la commémoration de la victoire des Tourangeaux sur les Normands en 903. Après avoir brûlé Amboise et Bléré, ceux-ci vinrent assiéger la ville de Tours. Une brèche qu’ils réussirent à pratiquer dans la muraille allait leur permettre de rentrer dans la cité, quand l’archevêque et les clercs eurent l’idée de porter en procession sur cette brèche la Châsse de saint Martin, leur protecteur […] Se passa alors un étrange phénomène, autant les Normands […] se mirent à tomber «les uns sur les autres comme s’ils avaient été sur de la glace», autant les Tourangeaux […] les firent s’enfuir jusqu’à… Saint-Martin-le-Beau.
[…] Ces derniers élevèrent alors sur le lieu du combat une église dédiée à saint Martin […] En remerciement, le village prit le nom de Sanctus Martinus Belli ou Sanctus Martini de Bello. Extrait du 2-guide du chemin Vendôme-Amboise-Tours

WC public du port der ChandonAprès le dernier bâtiment du moulin de Nitray, je perçois au travers des feuillages, le barrage. Vous pouvez contourner le parc de loisirs Family Park par la gauche, ou par la droite en passant par leur parking ; je retraverse le Cher pour entamer la boucle retour. Petit détour par le port de Chandon : le bâtiment en forme de tonneau, ce sont les toilettes publiques, ouvertes et propres ! toue-cabanee photo mairie st martinC’est le port d’attache de Valchantray 2, la toue cabanée1 reconstruite par des bénévoles et qui navigue sur le Cher. Ce bateau d’origine ligérienne transportait personnes et marchandises. Aujourd’hui les toues cabanées sont parfois transformées en hébergement insolite.

Continuer la lecture de « Azay sur Cher, l’eau au fil des siècles en Val de Cher »

©copyright randomania.fr

Les Bouillouses : les lacs d’en bas

Pour cette dernière journée, Anne du gite San Feliu, me conseille le site classé des Bouillouses,  partie basse où il ne devrait plus y avoir beaucoup de neige : ses locataires y sont allés la semaine d’avant. Le Lac des Bouillouses et ses abords est un site naturel classé depuis le 24 juin 1976.

Je passe par Llivia, enclave espagnole en pays français, annoncée par un panneau en bordure de route ; on passerait presque de France en Espagne sans s’en apercevoir. Mais cela pose quelques problèmes tout de même, lorsque la France a voulu construire un itinéraire de contournement pour les camions : il fallait installer un stop sur la route neutre, ce qui est contraire au traité des Pyrénées, selon le maire de LLivia. Llivia, l’enclave catalane qui empêche les ronds-points de tourner en rond. Je monte dans la vieille ville où la circulation est difficile. Que se passe-t-il donc aujourd’hui ? les espagnols me font de grands gestes : je fais péniblement demi-tour dans une étroite ruelle, croisant voitures et piétons qui montent sur la place que je ne verrai pas. C’est Pâques et les espagnols la fêtent en famille.

La conduite forcéePassage à guéEn cette saison, il n’y a ni navette ni télésiège. Je me gare donc à Pla dels Avellans (1750m), comme tous les marcheurs. La route est dégagée et longe une impressionnante conduite forcée ; je tente par un sentier sur la gauche dans le but de rejoindre l’Estany Negre. Quelques plaques neigeuses ne me découragent pas, le passage à gué non plus mais rapidement, la piste est totalement cachée sous la neige ; malgré la trace de mon GPS, je dois faire demi-tour. Je pense alors que peut-être le sentier n’existe plus.

Petite cascade en bordure de routeLe refuge des Bouillouses : fermé !Je continue donc sur la route D60 qui longe la rivière la Têt ; si la route est sèche, les abords sont abondamment neigeux ; plus ça grimpe, plus il y a de la neige ; dans le large virage à gauche, le GR de pays du tour du Capcir rejoint la route ; après quelques kilomètres, la Bolloseta s’étire le long de la route ;  j’arrive en vue du chalet-refuge des Bouillouses où j’espère pouvoir acheter une bouteille d’eau. BollosetaPlusieurs personnes sont assises sur les tables extérieures mais le refuge est fermé : il n’ouvrira que la semaine prochaine. En vain, je cherche une bouteille d’eau dans le centre de vacances : il me faudra trouver l’eau dans la neige ou les petites cascades.

Le barrage des BouillousesPour rejoindre le barrage, il me faut marcher dans la neige. Derrière celui-ci, l’eau est gelée et la route qui le traverse est barrée. Je commence à me dire que le circuit Els Esquits ne va pas être facile. Il passe par Estany del Reco, Estany Llarg, Estany Negre.

Bien balisé, il commence non loin du barrage, après le pont qui traverse la rivière. La neige est pratiquement vierge, ce qui m’étonne. Je m’y enfonce, mais je continue ; la piste est bien cachée : ce sont des raquettes qu’il aurait fallu. Plus j’avance, plus le sentier me réserve de mauvaises surprises. Je m’enfonce brutalement dans la neige, parfois jusqu’à la taille. Le premier étang Estany del Reco 2169m et 3,6ha, peu profond, n’est pas un vrai lac, ‘il ne compte pas’ me dit le randonneur que je croise. Sur la carte IGN c’est une simple zone inondable.

Continuer la lecture de « Les Bouillouses : les lacs d’en bas »

©copyright randomania.fr

Voie verte à Saint-Etienne… De la Terrasse au site du Puits Couriot

Pour découvrir cette voie verte, j’ai téléchargé une description et un vague plan schématique : je peux vous dire tout de suite, ce n’est pas suffisant pour quelqu’un qui ne connait pas la ville. Pas d’indication de durée entre deux points. Déjà, à l’arrivée du métro Terrasse, on vous dit ‘Depuis la place de la Terrasse, emprunter la rue Bergson et prendre à droite’ sans même vous orienter ou vous donner un point de repère visuel ; j’aurais plutôt écrit de ‘revenir en arrière sur les traces du Tram’ ; à l’entrée du bois, deux panneaux différents avec une bordure supérieure verte sont visibles : l’un des deux baliserait-il la voie verte ? là non plus rien d’indiqué sur le site de la ville de Saint-Etienne.  L’un balisant une fin de parcours, c’est le second chemin qui m’a tentée par  mais c’est celui par lequel on arrive quand on vient de Grouchy ! je n’ai pas vu indiquer le golf que je devais longer et dans l’immense parc Montaud, les bornes vertes sont partout dont une série qui en fait le tour. Je ne sais plus s’il faut les suivre ou pas.

Finalement, je m’inventerai un parcours qui emprunte la bonne direction tout en s’écartant parfois de l’itinéraire prévu. Il est vrai que sous la neige, les repères se perdent facilement.

Il y a assez de neige pour que les enfants la transforment en bonhomme. Ces errances m’ont fait découvrir le crêt des 6 soleils qui domine les crassiers des mines, déchets de lavage sans utilité ; s’y trouve un cadran analemmatique1, en marbre avec une échelle zodiacale. Quand la neige s’est mise à tomber, j’ai décidé de m’arrêter au musée de la mine et de visiter le puits Couriot.

La visite guidée est particulièrement intéressante puisqu’elle permet de descendre à quelques mètre sous terre (nous 7 m mais les mineurs descendaient à plus de 700m) pour visiter une galerie reconstituée en remontant le temps et en faisant connaissance avec les différents métiers de la mine : ceux qui travaillent au fond (géomètre, piqueur, boiseur, boutefeux,…) et ceux qui travaillent au jour (lampiste, machinistes, ouvriers d’entretien des machines, infirmiers, personnels administratifs,…). La salle des pendus, où se trouve suspendus au plafond les vêtements des mineurs afin de les faire sécher, a ému plus d’un visiteur.
Les métiers, site personnel
Musée de la mine Saint-Etienne.fr, 04.77.43.83.23 – visite guidée 6.40€ en 2015
L’association des amis du musée de la mine

Je n’ai donc parcouru que la moitié de la voie verte. La combinaison voie verte + musée est intéressante en famille, même l’hiver.

voie verte 1ere partie5km300, 148m dénivelée (+402, -402), 3h00 au total (2h40 déplacement)

1C’est l’azimut du Soleil qui donne l’heure. Les plots en granite rose marquent les heures de 5 heures du matin à 19 heures.

©copyright randomania.fr