La pierre des trois évêques

Après avoir lu  un article dans la revue annuelle du groupe archéologique Forez-Jarez et visité avec Jean-Claude le Gnaorou au point de vue de la Panère à Saint-Régis-du-Coin, j’ai eu envie d’aller sur place. J’ai trouvé le tracé sur le site du parc naturel régional du Pilat et heureusement, car le balisage est vraiment minimal, insuffisant si l’on ne dispose pas de GPS ou si l’on n’est pas accompagné.

Partie des Trois-Croix, j’ai parcouru le circuit à l’envers pour ne pas suivre le groupe de randonneurs qui entame la première randonnée de l’année avec retrouvailles bruyantes et discussions. Il faut marcher sur la route D22 dans un premier temps puis obliquer sur la gauche sur un chemin rural en sous-bois puis en zone rurale, fort agréable. Le chemin a dû beaucoup servir car il est empierré avec soin à l’approche des Préaux. Peut-être s’agit-il de la route du sel venant du Rhône pour servir le Puy par Bourg-Argental et qui est un sentier de randonnée aujourd’hui ?

Plus au nord encore, au pied sud du mont Pilat, il est intéressant de constater que des rentes en sel sont assignées au XVè siècle sur le poste de péage de Maclas, qui porte sur la route de Boeuf au Puy par Bourg-Argental et Yssingeaux, témoignant de fait du transit de cette marchandise sur un axe où on ne l’attendrait pas nécessairement.  Quittant le sillon rhodanien très au nord, il s’oriente ensuite vers le sud-est, desservant des régions qu’il est, en venant du sud, plus avantageux de rejoindre par Tournon et Saint-Félicien […]. Toutefois, la desserte du nord du Plateau impose que du sel transite par cet axe. Thèse université Lyon 2, Le trafic à destination du Massif Central par les routes transversales, extrait de la thèse RESEAU ROUTIER ET ORGANISATION DE L’ESPACE EN VIVARAIS ET SUR SES MARGES AU MOYEN AGE, F. Brechon, 2002

Aux Préaux (commune de La Versanne), le traditionnel lavoir à deux bacs puis une belle croix de granit avec un personnage adossé au pilier et qui semble représenter un évêque. Un peu plus loin, enfin un panneau directionnel aux couleurs du parc du Pilat qui indique le moulin Gouet.

Moulin récent (1846), il fonctionnait par une roue horizontale actionnée grâce à une forte pente et une conduite forcée. Le moulin à grains Gouet se trouvait dans le bâtiment supérieur ; au XXe siècle, la force hydraulique servait à produire de l’électricité : c’était le seul du village à en bénéficier.

Je reprends la route jusqu’à la croix et le gros tas de bois. 100 m plus loin, j’entre dans la forêt aux arbres de hauteur impressionnante. Sur la piste forestière, un improbable amoncellement de tuiles gravées au nom d’un  fabriquant : Chilaud (sans doute Emile et Louis) lieu-dit Patroa à Saint-Etienne. Comment ont-elles été amenées ici alors qu’il n’y a ni habitation ni usine dans le coin ?

Le sentier forestier longe la frontière entre la commune de Saint-Sauveur en Rue et celle de La Versanne. A la croisée de deux chemins, un banc de pierre joliment mouluré, attend le promeneur ; une borne frontière porte une croix délimitant sans doute deux diocèses puisqu’on est à quelques centaines de mètres de la pierre des Trois-évêques qui a marqué de longue date le point d’intersection de trois anciennes archevêchés (Le Puy, Lyon, Vienne).

Continuer la lecture de « La pierre des trois évêques »

©copyright randomania.fr

La chapelle de Ligny

Randonnée tranquille et courte non loin de la maison que nous avons louée. Après la montagne, les lacs, c’est la campagne, donc c’est une randonnée encore différente des autres. Nous stationnons dans le hameau de Ligny, commune de Massingy. Nous alternerons entre petites routes peu fréquentées et sentiers à travers champs.

Route du Mollard1 puis premier arrêt à la table d’orientation. Bien que l’altitude soit faible (552 m), on reconnait la Tournette dépassant à peine du premier plan et la montagne de Veyrier sur la rive est du lac d’Annecy ; on pourrait presque voir la pointe du Mont-Blanc si le temps était clair et lumineux. A nos pieds, le village de Massingy que l’on repère par le clocher de son église.

La chapelle Notre Dame de Délivrance, à Ligny, la curiosité du circuit, est si petite qu’on a bien du mal à la prendre pour une chapelle. L’intérieur est crépi de blanc ; modeste autel en bois mais intérieur fleuri : elle est manifestement entretenue.
Son histoire religieuse remonterait au VIIe siècle. Elle a été bénie plusieurs fois au XIXe ; elle accueillait les pèlerins venant de Rumilly qui se rendaient à Cessens (73) à Notre Dame de la Salette.

Au premier carrefour, malgré les doutes de certaines, je propose de continuer tout droit et faire à l’envers le circuit. La route se mue en sentier à travers champs ; les fleurs de printemps sont un ravissement : grands iris bleus, salsifis sauvages, globulaires, oeillets du poète,…

Continuer la lecture de « La chapelle de Ligny »

©copyright randomania.fr