La forêt de Marchiennes

La forêt de Marchiennes est très connue dans le nord. Quadrillée de chemins forestiers (des laies délimitant des parcelles) aux jolis noms, ou de modestes sentiers sur lesquels on craint de se perdre, la forêt domaniale de Marchiennes (800 ha) a été totalement replantée après les bombardements dévastateurs et le pillage de la Première guerre mondiale.

La météo ce jour à cet endroit :
Avec le vent et la température ressentie

C’est une forêt de feuillus où le chêne prédomine. Pourtant je repère des pins, ce qui me semble curieux : ils sont issus des dommages de guerre versés par les Allemands après la guerre.  Et nous trouverons même des érables : la forme des feuilles ne prête pas à confusion.
Parc naturel régional Scarpe Escaut

Comme la forêt est assise sur un ancien marais drainé par les moines il y a plusieurs siècles, la forêt est humide et on le sent bien : elle est parsemée de petites mares reliées entre elles par un réseau dense de ruisseaux et de fossés, parfois à sec après l’été sec de 2020. Des champignons poussent forcément. Des bottes peuvent être utiles surtout s’il a plu un peu avant…

A quelques endroits, une surface est complètement vidée de ses arbres ; je reconnais les coupes d’éclaircies qui visent à améliorer les peuplements existants pour les rendre plus résistants et préparer les semenciers de demain. La sortie des bois coupés peut se faire par cheval pour les petites coupes et notamment sur les terrains difficiles. Les ventes de bois permettent le financement de ces travaux d’entretien sans prélèvement d’une taxe. Encore une forêt gérée durablement.

Ce milieu abrite plusieurs espèces animales protégées au niveau européen. Par exemple le Triton crêté qui trouve refuge dans les zones humides, et le Pic noir qui affectionne les vieux arbres. Photo Rainer Theuer, de.wikipedia.org

Sur un panneau est fléché la direction de Croix ou Pile, restaurant situé près d’un parking et d’une aire de pique-nique, en pleine forêt, sur le chemin vicinal du Bon Ballon à Beuvry. Claire m’explique qu’il s’agit du jeu de pile ou face, à l’époque du roi saint Louis. Le circuit de Croix-ou-Pile privilégie la découverte des amphibiens et autres habitants des mares et des milieux humides.

Du temps des premiers rois de France, les pièces de monnaie portaient d’un côté une croix, de l’autre des piliers. […] Par la suite, les rois ont remplacé la croix par leur effigie (leur face) et les piliers par la valeur de la pièce. [ndlr autre explication : au XIIIe siècle, la pile est le coin servant à frapper le revers d’une monnaie] La Croix ou Pile

Sur la rue du Ghien, un papillon coloré que je n’avais jamais vu n’est pourtant pas rare : le paon de jour. Le Paon-du-jour adulte  est aisément identifiable par ses ocelles (yeux) vifs sur un fond vermeil qui rappellent ceux des plumes de paon. Moins beau, le revers brun de ses ailes lui permet de se glisser au sein des feuilles mortes sans qu’il soit visible.
Les baies rouge vif du sorbier des oiseauxle sorbier servait autrefois à attirer les grives en automne – persistent longtemps sur l’arbre en hiver, ils constituent donc une réserve de nourriture pour les oiseaux.

Continuer la lecture de « La forêt de Marchiennes »

©copyright randomania.fr

Thumeries, site ornithologique des Cinq Tailles

Thumeries : tous les habitants du nord connaissent ce village où s’est installée l’usine Béghin qui fabriquait du sucre à partir de la betterave. Le nom de Cinq Tailles vient probablement du bois impérial du début du XIXe, divisé en cinq taillis ou bois contigus (parcelles 356, 355, 349, 348, 343 section A1 1829 et 1840) ayant appartenu à cinq propriétaires différents ; le quartier s’appelait Fosse Sans Fond… Pendant la seconde guerre mondiale, les allemands ont réquisitionné des villageois pour y couper le bois ; aujourd’hui, les parcelles ont été fusionnées car rachetées par le département du nord en  2001. Le GR de pays du bassin minier Nord-Pas-de-Calais traverse le site ornithologique. Vue du parc par drone, La plaquette de présentation

La météo ce jour à cet endroit :
Avec le vent et la température ressentie

Le parc a ré-ouvert le 4 juin avec un itinéraire bis car la passerelle d’entrée à l’est, en chêne non traité, en mauvais état, a été démontée. L’allée est large et bordé d’arbres hauts. Au détour d’une allée, nous découvrons, creusé dans un seul tronc d’arbre, un animal des forêts  ou des zones humides : une chouette hulotte, un canard, un pic,… la plaque qui sous-titre l’oeuvre est même écrite en braille ! parmi les fougères, les orties, une fleur de chèvrefeuille apporte sa tonalité de couleur tout comme le chanvre d’eau ou Eupatoire à feuilles de chanvre.

Un petit pont de bois traverse la Marque ; la cité du Maroc jouxte le bois, cité ouvrière édifiée en 1913 par la société Béghin ; 200 m plus à l’est, mais que l’on ne voit pas d’ici, une ancienne  grande ferme, la cense1 de la Ténarderie ; comme souvent autrefois, le propriétaire J.-B. Delespaul (seigneur de Wattines et Fretin, mort en 1762), n’y vivait pas ; entourée de fossés, elle est louée en 1763 à un laboureur de Thumeries Pierre Cauvé dont le bail précise même qu’il a le droit d’y pêcher ! Histoire de Thumeries, J.-C. Collérie

Itinéraire de découverte site internet de Thumeries

Nous arrivons devant un ancien poste électrique aménagé en dortoir et lieu de reproduction pour chauve-souris.

 

Continuer la lecture de « Thumeries, site ornithologique des Cinq Tailles »

©copyright randomania.fr

Balade dans les dunes de Merlimont

Le circuit de découverte est une balade courte et facile accessible aux personnes à mobilité réduite ; l’astuce supplémentaire consiste à emmener un trépied pliant et léger dans le sac à dos pour permettre aux personnes qui se fatiguent vite de faire les arrêts nécessaires ; même s’il y a du vent, nous sommes enfermées dans les dunes et nous circulons au chaud sans être gênées. L’intérêt, c’est de découvrir les dunes paraboliques dont je n’ai jamais entendu parler, et la végétation si riche et particulière : 500 espèces végétales dont 44 sont protégées au niveau régional, 7 au niveau national et une (Liparis de Loesel) répertoriée en annexe II de la directive ‘Habitats’.

Stationnement sur le parking de la gare à Merlimont-Plage. Le départ est bien repéré sous un auvent de bois portant les informations de la réserve biologique domaniale de la Côte d’Opale, créée en 1985 et gérée par l’ONF. Avant la réserve, voilà ce qui se passait :

Au XIXe siècle, deux évolutions sont notées : d’une part, une instabilité permanente des dunes […] relatée dans les comptes-rendus des conseils municipaux, d’autre part, une orientation cynégétique du site avec […] création de mares, creusement de fossés, pour exercer la chasse au gibier d’eau.

Le parcours d’abord rectiligne, sinue en larges virages et petites montées parmi les prairies dunaires et leur végétation caractéristique telle l’onagre. Le sentier de planches parfois rafistolé grossièrement, est protégé d’un garde-corps en bois interdisant l’accès direct aux dunes. En me retournant, avant d’entamer la boucle, je reconnais l’église de Merlimont.

La dune parabolique est nommée ainsi à cause de la forme finale qu’elle prendra après le lent travail d’érosion du vent. Tout commence par une échancrure dans le cordon dunaire (siffle-vent) qui s’agrandit avec le vent, déposant du sable à l’arrière sous forme de pourrière ; les plus importantes s’étaleront et formeront une dune parabolique. Des buttes résiduelles (crocs) subsisteront de l’ancienne dune bordière. Certaines dunes paraboliques sont fixées par la végétation, d’autres sont toujours actives comme celle en bordure nord de la réserve. Un patrimoine paysager à protéger : les dunes littorales de Merlimont et de Berck (Pas-de-Calais), Yvonne Battiau-Queney, Jérôme Fauchois, Philippe Lanoy-Ratel, Arnaud Seguin, Hommes et Terres du Nord, Année 1995 1-2 pp. 21-30

Le passage surprenant dans une zone boisée avec des arbres assez hauts apporte de l’ombre. Nous passons des dunes sèches des cordons dunaires à une vaste plaine humide et aux habitats de pannes1, presque sans nous apercevoir. C’est cela la biodiversité : avant de constater le changement de flore et faune, c’est le panneau d’informations qui nous informe. Forêt et conservation des dunes littorales : le cas exemplaire de la Réserve biologique domaniale de la Côte d’Opale (Pas-de-Calais), Yves Petit-Berghem, EchoGeo 2012

Image de l’itinéraire 1km700, 45 mn environ, pas de dénivelée

 

 

La seconde balade en dehors de la Réserve, au départ également de la place de la gare, circule  sur le sable, ressens les montées et descentes dans les prairies sableuses ; mêmes décors, même flore jusqu’aux abords du domaine du Lac. Aller plus loin semble difficile : plus de sentier visible, de quoi se perdre.
Après la petite boucle dans les dunes, j’en sors par la rue de la gare le long des villas.

Image de l’itinéraire 2km200, 6m dénivelée, moins d’une heure.
Il est possible d’enchaîner les deux courtes balades mais la seconde ne sera pas accessible aux personnes à mobilité réduite.

Une balade dépaysante pour ceux qui ne vivent pas dans cette région avec des paysages variés dans le sable des dunes.


1panne : résultat de l’action du vent qui creuse la dune jusqu’au niveau de la nappe phréatique ; le sable, humide, n’est plus emporté par le vent et u;ne zone marécageuse se forme au coeur des dunes sèches.

©copyright randomania.fr