Geocaching et patrimoine à Aubais

Chaque année, au moment des Automnales rencontres 2015 des geocacheurs de Provence et de Partout, une demie-journée est consacrée à une randonnée geocaching en groupe. C’est l’occasion de parler de notre passion commune, d’échanger sur la région avec ceux qui la connaissent le mieux. En 2015, elles avaient lieu dans le Gard, au Caylar ; c’est à Aubais, sur un tour de plus de 30 caches des Sylani, placées à intervalles réguliers, que nous nous sommes tous retrouvés.

Nous nous garons en bordure du chemin de Plaisance, pas très loin de la départementale qui mène au village d’Aubais. Le terrain n’est pas fatigant, dans un environnement de garrigues et de bois. Cela commence par la 30è cache du tour et finit à la chapelle avec la 65è : je ne les citerai pas toutes, il y en a trop !

Aubais tour #30, SYLANI

L’ambiance de l’équipe constituée pour l’occasion est plutôt bonne mais nous avons tous en tête l’attentat qui s’est déroulé la nuit dernière à Paris.

Cabane de pierre sècheLa première cabane de pierre sèche, construite dans un lieu-dit clapas (lieu couvert de pierres), ne ressemble pas à celles de la Provence ; de plan carré, son toit est surmonté d’un gradin qui lui donne une sacrée hauteur, je dirais bien 5 m au vu de la taille des personnes qui stationnent à côté : son propriétaire voulait certainement que sa construction puisse être repérée de fort loin au milieu des enclos plantés d’oliviers. Les pierres sont plus petites, agencées de manière moins régulière ; Cabane de pierre sèche : porte d'entréela porte est constituée à la fois d’un linteau et d’un arc au-dessus, ne repose pas sur des piédroits mais directement sur le mur. Le paysage a beaucoup changé au cours de ces 50 dernières années : ce qui est aujourd’hui une pinède se composait autrefois d’un grand nombre d’oliveraies. Peut-être cette cabane servait-elle à la récolte des olives ?

#24# Aubais tour: cabane, SYLANI

Informations historiquesPierre PlantéeMenhir Pierre PlantéeSur le chemin des Oules, à la croisée d’anciens chemins, sur la commune de Congénies, nous découvrons la Pierre Plantée, qui daterait de 2500 ans avant J.-C. C’est un menhir de garrigue en plaine, ce qui est rare. Après étude du monument, Yvan Pranishnikoff a relevé des symboles de christianisation du lieu : des signes de croix gravés que l’on ne voit plus. Haut de 2.5 m, il est enfoncé de 1 m dans le sol. A quoi servait-il ? point de repère, monument cultuel ?

Aubais 100è la Pierre Plantée, Gontran77

ancienne muraillePour aller à la cabane des anglais, nous passons sur des tas de pierres, sans doute la muraille d’un ancien village de l’age du bronze vers 2000 avant J.-C. Je me suis demandée pourquoi le bois des anglais ? que sont venus faire ici les anglais ? car, à part Mark Haynes, de père anglais et de mère protestante aubaisienne, je n’ai pas trouvé trace de l’installation d’anglais par ici.

[…] l’ancienne cave coopérative d’Aubais est désormais intitulée Aubaï Mema (d’Aubais même). Elle renaît de ses cendres grâce à Mark Haynes, […] l’heureux propriétaire d’une cave aux proportions hors-normes (une capacité de 43 000 hectolitres de cuves sur deux étages qui bénéficie du label patrimoine du XXe siècle). Midi Libre 3 août 2016

cabane de verreUn ancien  pin  parasol se trouve à l’entrée de l’enclos ; originale, construite à la fin du XIXè siècle, la cabane possède un grand dôme maçonné en forme de pain de sucre dont la couverture est ornée de galets de couleurs ocres des Costières disposés en épis, de morceaux de marbre et surtout d’anciens culs de bouteilles qui lui ont valu le nom de «cabane de verre». Elle aurait été construite aux alentours de 1910.  Son sommet était couronné, jusque dans les années 1970, par une grande girouette en fer. Elle est agrémentée d’une plantation d’iris. D’après Loïc Vannson dans Histoire et patrimoine de Congénies.

#37# Aubais tour : cabane des Anglais, Sylani

limite de communeslavogneUne lavogne contient de l’eau pour les animaux. Nous passons à la frontière entre la commune de Calvisson et celle d’Aigues-Vives ; d’anciennes bornes-limites la matérialisent encore. De retour au parking, nous rejoignons la chapelle en voiture tandis que les autres joueurs continuent la boucle.

Continuer la lecture de « Geocaching et patrimoine à Aubais »

©copyright randomania.fr

Le tour du lac de l’Escourou

Une randonnée agréable en toutes saisons, toujours au bord de l’eau, alternant des passages ombragés avec d’autres à découvert, passant près de hameaux ou propriétés isolées, côté Lot et Garonne rive droite, côté Dordogne de l’autre.

Sentier champêtre Guillegorce-EscourouJe suis partie du hameau de Guillegorce (La Sauvetat du Dropt – prononcer dro -) où je suis en vacances, et par où passe un sentier de randonnée balisé de jaune qui rejoint le lac de l’Escourou. En faire le tour est possible depuis plusieurs points de départs : Saint-Sulpice d’Eymet (24), Soumensac (47) en bordure du pont du lac que l’on peut traverser en voiture, Serres (47) près de la digue que l’on ne traverse qu’à pied ou à vélo.

Canadair venant de remplir son réservoir Elevage de chevauxJusqu’au lac, le sentier contourne les propriétés en longeant les champs puis traverse un sous-bois – élevage de chevaux et de bovins à droite – avant de pénétrer dans le village de Serres ; la route peu fréquentée arrive jusqu’au barrage sur le lac qui maintient une réserve d’eau pour l’irrigation… et pour les incendies ; deux jours auparavant, j’ai pu observer les canadairs emplir leur réservoir pour éteindre un incendie.

Lac de l’Escourroux, cympaf

Géré par le syndicat mixte (EpiDropt) le lac de réalimentation de l’Escourou a été aménagé en 1993 et 1994 […], cet espace est constitué de deux lacs, l’un réservé à la pêche en amont, l’autre consacré à l’alimentation en eau de la rivière Dropt en aval. […] Selon Regards sur l’Aquitaine. C’est le plus volumineux des 5 lacs de réalimentation avec 8.3 Mm3. Schéma d’aménagement et de gestion des eaux SAGE Dropt. Un nombre important de moulins ont été recensés sur le Dropt (66), essentiellement moulins à farine ; quelques un encore en fonctionnement peuvent se visiter comme celui de Cocussote.
Répertoire des moulins de la vallée du Dropt

Le barrage de l'EscourouLe déversoir du moulin de la VivioteLe sentierAprès la traversée du barrage, enroché des deux côtés commence le sentier qui fait le tour du lac. Le déversoir du moulin de la Viviote est vide. Par une belle allée bordée d’arbres, je rejoins Terrade ; parfois domine une maison plantée sur une butte ; peu de promeneurs, peu de joggers.

Au niveau de Saint-Sulpice d’Eymet, c’est le mot touron qui m’intrigue, placé plusieurs fois sur la carte IGN, et le lavoir construit au fond d’une grotte dans laquelle coule une source qui s’écoule jusqu’au lac de l’Escourou. Le touron est une source qui resurgit à l’air libre après un parcours dans le karst. Le lavoirLe bassin extérieur du lavoir de Saint-SulpiceCelui du Pierres à laverlavoir jaillit dans le fond d’une cavité rocheuse à laquelle on accède par un passage grossièrement pavé ; les lavandières frottaient le linge à la brosse de chiendent et au savon contre des pierres à laver (« selles »), inclinées et alignées le long du bassin. Sur certaines l’emplacement de leurs genoux est comme inscrite dans la pierre. Le grand bassin extérieur devait servir d’abreuvoir pour les animaux.

Touron de Saint-Sulpice d’Eymet, cympaf

Continuer la lecture de « Le tour du lac de l’Escourou »

©copyright randomania.fr

* Balade archéologique d’Eyne

La Catalogne, d’emblée, m’a fait douter que j’étais en France : tout le monde parle catalan, petits et grands, et lors de la visite de fort Libéria à Villefranche-de-Conflent, j’étais la seule qui ne comprenait rien aux échanges. A l’arrivée, le chauffeur de la navette du fort a quand même pensé à m’adresser quelques mots en français. Cette forte identité qui se dégage de la région s’explique par son histoire.

la météo du jour à Eyne
Avec le vent à 3 jours

Je vous conseille de descendre du fort Vauban par le souterrain aux mille marches (734 en vérité) construit plus tard, entre 1850 et 1853 : sensations garanties !

Chambre 3Gite San FeliuArrivée à LLo – prononcez Yo, nous sommes en Cerdagne – un peu après 18h au testgite San Feliu, j’ai été accueillie par Anne qui s’était déjà inquiétée de ne pas me voir arriver. Elle me présente ma chambre, coquette et simple ; sur la mezzanine, toilettes et douche à l’italienne ; un petit balcon donne sur les montagnes. Et le wifi pour ceux qui ne savent plus se passer d’internet ! Que demander de plus ? Elle m’accueille avec un verre de jus de pommes et nous échangeons sur les randonnées : pour la mise en forme, la première sera facile et comblera ma curiosité : la balade archéologique d’Eyne rassemble sur peu de distance, plusieurs vestiges préhistoriques et antiques.

[…] le territoire de la commune [d’Eyne] a été habité très tôt par les premiers hommes préhistoriques. Nous sommes au néolithique, vers -6000. Les premières traces évidentes se trouvent à travers les dolmens et les menhirs, de l’époque mégalithique (-2200). Une civilisation plus moderne du Ve siècle avant JC, les Keretanis […] occupaient la Cerdagne, ainsi qu’une partie des hautes terres de l’actuelle Andorre et Espagne.

 

Dolmen el PouDolmen el PouDépart du parking en terre battue en face du club équestre. La carrer del Carreter se termine en chemin de terre.Vue sur le massif du Carlit Balisage jaune-rouge. Après le passage du ruisseau qui s’écoule par palier, c’est le dolmen el Pou caché autrefois sous un tumulus de pierre et de terre. Il a été daté de 2200 avant J.-C grâce aux os calcinés retrouvés à l’intérieur.

Le dolmen els PasqueretsLes murs de pierre sèche délimitent les parcelles ; au bout du chemin parfois empierré, je croise la voie antique, qui probablement emprunte le même itinéraire qu’un chemin plus ancien. Le balisage devient jaune, un panneau représentant une coquille signale le chemin de Compostelle. Colonisés par les romains, les kérétanis, peuple qui occupait les lieux, se sont mélangés à la civilisation romaine du nouvel empire (-121). Pour découvrir le dolmen els Pasquerets, il faut grimper le long d’un grillage après quelques dizaines de mètres sur la Via Cerdana.

le pont de bois et ses piles romainesle pont mégalithiqueAu point marqué « pont romain », ce n’est pas là qu’il y a le pont, je descends par la gauche jusqu’au pont de bois  dont seules la base des piles est romaine. Un peu plus loin, en passant sous le fil de fer, je peux voir le pont mégalithique sous lequel s’évade les flots d’un ruisseau. C’est un assemblage de roches érigé durant le néolithique. Ne sachant pas son existence, je n’ai pas vu le bloc de granit fendu, la fameuse roque del traginers, lieu de rendez-vous des traginers. Le traginer est une personne qui transporte des marchandises à l’aide de bêtes de somme comme le cheval, l’âne, le mulet ou le bœuf. Pendant de nombreuses années ils ont permis l’échange de produits (blé, orge, pommes de terre, le vin,…) entre les villages et villes. Ce sont les muletiers catalans. Photos sur le site des Pyrénées catalanes.

Le sentier qui grimpe après le pont mégalithiquemenhir d'Eyne dit des BassousesDemi-tour pour trouver à quelques dizaines de mètres le panneau indiquant le dolmen suivant : le sentier va grimper, sinuer, traverser un canal rustique, longer une forêt de bouleaux. Au croisement avec la D29, il faut continuer sur la route à droite puis reprendre le sentier sur la gauche. Là, le menhir des Bassouses (Del Bosc) se dresse sur fond de montagnes.

Blocs de granitLe chemin se poursuit entre les blocs granitiques épars qui jonchent les prés. Le long de la frontière entre Eyne (autrefois Eina) et Llo (autrefois le domaine d’Allius), un rocher porte une inscription médiévale gravée E et A, signalant la limite entre les deux communautés. Je ne l’ai pas trouvé malgré un aller-retour le long de celle-ci.

Pierre à cupules ?Un coureur qui fait le même parcours que moi en sens inverse, me salue alors que j’arrive au niveau des pierres à cupules. Je n’en ai jamais vu « en vrai » mais uniquement sur les photos d’Emmanuel Breteau, à l’exposition d’art rupestre de l’arc alpin qui avait lieu dans l’abbaye de Hautecombe en 2013 (Tour des Bauges J2). Je n’ai trouvé que des grosses cupules dont la couleur du fond me fait penser qu’elles ont peut-être contenu un liquide qui les a colorées.

Sur le site rando66, d’autres photos

Eyne pierre cupules (site internet)Une cupule est une forme de pétroglyphe réalisée à la surface de rochers ou d’affleurements rocheux. Il s’agit d’une dépression concave, de forme circulaire. Les cupules sont généralement de taille modeste, de quelques centimètres de diamètres. Parfois, plusieurs cupules sont reliées par une rigole. Le but de ces décorations n’est pas connu, pas plus que l’usage exact qui en était fait. Au vu de rigoles qui reliaient, dans certains cas, les cupules entre elles sur des surfaces plus ou moins horizontales, on a parfois pensé qu’elles étaient liées à des libations rituelles, mais les preuves d’une telle théorie font absolument défaut. wikipedia

Abri sous rocheL’abri sous roche est le dernier monument du circuit. Amas rocheux sous lequel une ouverture étroite donne accès à un abri. Il a servi d’abri temporaire de tout temps, 2000 ans avant J.-C., et 3300 avant J.-C.

Sentier ou ruisseau ?Fin du parcours vue sur EyneA partir de là, il faut être particulièrement attentif pour ne pas perdre le balisage jaune. Sur la toute fin du parcours, le sentier c’est le ruisseau qui aboutit le long du centre équestre. Il y a bien un sentier praticable à côté mais il est privé.

Site Pyrénées catalanes, beaucoup d’informations et photos

Télécharger la fiche rando

Une excellente mise en jambe avec ce circuit varié et facile qui nous fait plonger dans l’histoire la plus ancienne de la Cerdagne.

Image itinéraire Eyne sentier archeologiqueImage de l’itinéraire sur carte ©IGN 6km100, 127m dénivelée (+305, -301), 2h déplacement (2h40 au total avec visite). L’extrémité des flèches rouges < indiquent la géolocalisation des points d’intérêt.

©copyright randomania.fr