La Rhune, ascension difficile vers la montagne mythique du pays basque

La Rhune, Larrun, montagne mythique du pays basque (905m), randonnée par le sentier vert, la plus difficile depuis que je fais de la rando mais une des plus variées aussi. Elle se mérite… img_4695r.JPGimg_4726r.JPGNous sommes arrivés vers 10h à la gare du col de Sainte-Ignace (169m), départ du train à crémaillère. Il y a tellement de monde que la traversée du village prend déjà une trentaine de minutes. Nous stationnons à plus d’un km de la gare. Nous avons prévu de monter avec le train et de redescendre à pied. 790m de dénivelée (pas la somme des dénivelées – celle-la est de 1000m en montée et 1020m en descente – mais bien la difference entre l’altitude la plus haute et la plus basse), je la préfère en descente qu’en montée. Malheureusement, il y a 2 heures d’attente pour obtenir un billet. Sans hésiter, nous décidons de les monter à pied.

La météo aujourd’hui à cet endroit :
Direction du vent et température ressentie

img_4704r.JPGNous sommes nombreux à tenter l’expédition. Début de parcours agréable et facile. Puis vient la montée raide qui, interminablement, n’arrête pas de monter ; les randonneurs s’arrêtent, soufflent, souffrent, parfois redescendent. J’ai le coeur qui bat très img_4707r.JPGvite et je suis très rouge, au bord du malaise. C’est à ce moment que mon coach, montagnard d’origine, se décide à m’expliquer comment on grimpe une montagne : lentement mais à vitesse constante, en veillant à toujours monter des paliers de la même modeste hauteur ; avec de courtes pauses à intervalles réguliers. Premier arrêt près d’un troupeau de chevaux en liberté qui broutent près d’un enclos de pierres. Nous pouvons les approcher de près. img_4714r.JPGimg_4712r.JPG
Près de la redoute1 napoléonnienne, que nous n’irons pas voir bien qu’elle ne soit qu’à quelques minutes, le terrain est presque plat. Quelques vaches blanches paissent tranquillement. Depuis longtemps, les bergers espagnols et français se partagent les sources et les estives2 de la Rhune. Une randonneuse nous aborde ; « Vous êtes de l’éducation nationale dans les Bouches-du-Rhône ? ». Regards img_4720r.JPGinterrogateurs. Serait-elle douée d’une intuition exceptionnelle ? On se retourne, on la regarde, on comprend. A 700m d’altitude, à plus de 800km de chez nous, nous sommes trois à porter le même sac à dos ! celui qui contenait un ordinateur portable distribué par le Conseil général à tous les collégiens. Petite discussion avant de repartir. Quand arrive l’heure du repas, je savoure ce court repos car le raccourci envisagé par la suite promet d’être une étape difficile. Nous saluons trois chevaux en liberté avant de continuer notre ascension.

La manech tête noire (ndlr : nous n’en avons pas vu ce jour là) est une race ovine originaire des montagnes du Pays basque, dans le département des Pyrénées-Atlantiques. Elle est élevée aussi bien pour la viande que pour la laine et le lait […] La toison, très épaisse, est formée d’une laine blanche très longue jusqu’à 30 cm, qui ne recouvre pas la tête, qui est noire. Les béliers portent de grandes cornes incurvées. Ce sont des moutons très rustiques, adaptés à la marche et aux transhumances en montagne. Les brebis sont de bonnes laitières. Leur lait entre dans la fabrication du fromage Ossau-Iraty (AOC). Extrait de Wikipédia

Nous avons eu occasion d’acheter de ce fromage directement au producteur lors de la foire aux produits régionaux à Saint Jean Pied de Port – rien à voir avec celui qu’on trouve en grande surface – et l’irouléguy qui l’accompagne, bien sûr ! « Nos AOC ont du caractère : je vous suggère de toujours les goûter avec un produit local ». img_4724r.JPG

La dernière partie du parcours, dans les pierres bourrées de pièges pour les chevilles, est interminable, surtout quand on lève la tête vers le sommet. Le train à crémaillère arrive en même temps que nous ; les derniers mètres sont les plus difficiles mais je suis parvenue au sommet et j’en suis fière. La première chose que nous ferons sera de prendre un billet de retour à la gare.

img_4734r.JPGimg_4737r.JPGDu sommet, nous sommes entre France et Espagne ; un vautour tourne au dessus des pâturages et les débarrassent sûrement des carcasses de moutons. L’antenne pointe vers un ciel moutonneux. Le monument érigé au sommet nous rappelle qu’Eugénie, la femme de Napoléon III, est montée au sommet de la Rhune. De tous côtés, je savoure le panorama.

Mme de la Rhune, à qui est dediée La chambre bleue de Prosper Mérimée, édité à 3 exemplaires en 1866, est le surnom qu’avait pris l’impératrice pour s’amuser, en souvenir des excursions qu’elle aimait faire sur cette montagne, durant ses villégiatures à Biarritz, au grand désespoir des dames de sa suite.

pano-rhune.jpg

img_4760r.JPGLa descente par le train, à l’allure d’un vélo, nous replonge presque un siècle en arrière ; un troupeau de moutons tatoués traversent paisiblement la voie de chemin de fer. Nous profitons largement des paysages humides, verts de champs de fougères ou de pâturages. img_4779r.JPGAprès une courte visite au musée de la gare qui contient quelques pièces de l’ancien train (ci-contre un voltmètre), nous rejoignons la voiture. Décidément, j’aime le pays basque parce que ses habitants vivent de manière authentique qu’il y ait des touristes ou pas, parce qu’il dépayse fortement. J’avais ressenti la même chose dans le Queyras l’an dernier (voir catégorie * Queyras dans ce blog). Même le spectacle de force basque que nous verrons un soir aura conquis les ados qui nous accompagnaient.

Les 90 ans de la Rhune

Les trains touristiques, celui de la Rhune

Télécharger la carte des randonnées de la Rhune

Image de notre itinéraire vue satellite sur GoogleEarth (11,400km – 3h10 déplacements  seuls – aller à pied – retour par le train de la Rhune)

pottok_photo_marcel.jpgpottok à la Rhune (photo matchi)Marcel suggère un Itinéraire à partir des carrières. « Après avoir grimpé environ 2 km, vous allez passer sur un genre de petit pont fait à l’aide de grosses pierres, […] aller tout droit, c’est plus court. » Marcel et matchi vous font profiter d’une photo de pottok, ce cheval à demi-sauvage que vous rencontrerez peut-être lors de votre randonnée. Merci à eux !

bullet1.gif

redoute-rhune.jpg
1redoute : fort ou un système de fortification consistant généralement en un emplacement fortifié défensif à l’extérieur d’un fort plus grand. Il sert à protéger les soldats hors de la ligne de défense principale. Les murailles d’une redoute contiennent toujours des angles.

2estive : C’est une surface toujours en herbe constituée par une unité géographique d’un seul tenant (au moins 10 hectares) utilisée de mai à octobre pour le pâturage des animaux, par un séjour prolongé sans retour journalier sur les lieux d’hivernage (siège de l’exploitation). Elle se situe généralement au-dessus de la zone d’habitat permanent. Définition du parc naturel régional des volcans d’Auvergne

Ce contenu a été publié dans * 64 Pyrénées atlantiques, Rando sportive, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

16 réponses à La Rhune, ascension difficile vers la montagne mythique du pays basque

  1. Anne Marie dit :

    Bravo car pas facile à escalader. Nous y sommes montés 3 fois mais par Sare et le chemin des contrebandiers. Nous y sommes remontés par le train (pour cause de pied opéré) le 22 septembre mais le temps était bouché : votre panorama est magnifique, quelle chance vous avez eue !
    Amitiés

  2. yannig dit :

    Après une très très longue hibernation où mes chaussures ont pris la poussière, c’est cette randonnée que j’ai choisie pour reprendre le chemin des hauteurs… et effectivement la montée est rude !!!! Topo très sympa, qui m’a fait revivre cette ascension 🙂

  3. marcel dit :

    bonjour à tous les randonneurs,
    La prochaine fois, en partant des carrières d’ASCAIN, c’est beaucoup mieux et surtout plus agréable.
    Un des vétérans qui la monte presque toutes les semaines depuis bientôt 40 ans
    [ndlr] merci pour l’information

    • Catuhe Patrick dit :

      Bonjour Marcel
      Pour changer, nous voudrions partir également des carrieres.
      A mi-parcours juste avant le petit bois, nous voudrions contourner la Rhune pour rejoindre le chemin coté espagnol pour éviter la montée classique dans les grandes plaques de pierres sous la Rhune.
      Connaissez-vous cette variante, et est-elle sure?
      Je vous remercie d’avance.
      Je suis également joignable au 0557708817.

  4. francoise dit :

    bonjour, je suis arrivée chez vous par Irna, que j’avais contacté pour les boules de pierre, et je vois que vous aimez les promenades, bien sûr j’ai vu que vous êtes allée vers chez moi le Pays Basque, je vous note un site, si vous voulez vous régaler, entre le pays basque et les Pyrénées, des plans à vous laisser rêveur, à vous donner l’envie d’y être.
    En espérant un jour revenir vous voir, je vous félicite de votre travail, j’aime bien Francoise
    le site les Pyrenées vues par mariano

  5. Luzinier Jean-Pierre dit :

    J’ai 64 ans, j’ai fait avec mon fils Sébastien la montée à pied de la Rhune, quel plaisir, quelle satisfaction, ce fut vraiment un super moment, nous n’avons pas pris le chemin le plus facile, mais quel souvenir qui me revient sans cesse quand je suis dans la cordillère des Andes, j’habite en Patagonie, et je pense au Pays Basque, une région que j’aime beaucoup, où les gens sont vraiment très accueillants, gentils, et une nature inégale en France.

  6. Serge dit :

    Bonjour,
    nous venons de monter à notre tour cette montagne du Pays Basque. Parti avec ma compagne et mon fils de 14 ans, nous avons emprunté le même chemin que vous. Habitué pourtant à marcher, nous avons trouvé la montée et la descente assez difficles, mon fils lui grimpait comme un lapin, il s’est bien ammusé. Le paysage, au sommet est de toute beauté et vaut bien l’effort fourni. La rencontre avec les chevaux et les brebis n’est pas déplaisante.
    La forêt traversée en milieu de parcours est superbe.
    Un bon souvenir.

  7. MARIETTE ANDRE dit :

    FAN DE RANDO chaque année ma femme mon boxer et moi entamons une nouvelle rando
    2012 la rhune !!!!
    2011 les sentiers de castellane
    2010 gorges du verdon
    2009 littoral breton penestins
    2008 col de l’olivier verdon
    les 2 plus durs ?? la rhune et le col de l’olivier mais quel bonheur après de l’avoir accompli
    chaque année est un nouveau challenge à notre niveau bien sûr !!

  8. Ping : Le refuge de l’Estrop, le refuge du chant du monde | Randomania

  9. Matchi dit :

    Bonjour,

    Nous avons faits cette magnifique randonnée avec nos 2 petits enfants de 4 et 9 ans.
    Pas moins de 3h45 de montée….beaucoup de pauses « boissons » ,pottok,ou juste pour regarder le paysage. C’est vrai que la montée n’a pas été facile mais le voyage valait le deplacement. Nous avons eu la chance d’avoir un temps magnifique …. La descente s’est faite avec le train …Nous sommes très fiers de nos 2 « gamins » qui ont reussi ce que bien des adultes ont renoncés à faire.

  10. goyat bruno dit :

    La rhune… plus difficile que les randonnées en Bretagne…
    Mais j’aime l’effort …content de l’avoir fait en 1 h 31 en partant du cimetière d’Ascain et en 1 h 08 en partant du petit train.. uniquement le temps de montée…
    très belle marche sportive..

  11. obligis Marcel dit :

    j ai 64 ans sportif randonnees et course apieds j’ai escaladé la rhune pour la premiere fois le temps etait ideal en finissant la deuxieme partie en courrant j’y est trouver beaucoup de plaisir avec de superbes sensations

  12. philippe des vosges dit :

    J’ai eu le plaisir de faire partie d’un club de rando, kMM pour ceux qui connaissent, et lors d’une sortie nous avons monté la RHUNE, nous sommes partis d’ ESPAGNE, la montée est assez dure, parfois à 25% Mais quel bonheur en arrivant en haut, très beau paysage sur les LANDES,ST JEAN DE LUZ ,les PYRENEES ECT…
    Je recommande cette rando, la montée peu se faire en 2h , 2h30

  13. bruno dit :

    La rhune, une très belle randonnée que j’ai mis 1 h 08 à gravir en marchant d’un pas soutenu et pourtant la moyenne horaire n’est pas très élevée.
    avec une vue très agréable sur le pays basque et l’espagne.
    dommage que nous n’avons pas cela en bretagne.

  14. David, dit :

    Bonsoir Nicoulina,
    Une bien belle randonnée que j’ai eu l’occasion de réaliser à quelques reprises,
    C’est vrai que du côté Français, les 4 itinéraires principaux et balisés se rejoignent tous dans cette grande montée minérale, qui peut mettre en difficulté les profils non habitués à ce type de dénivelé.
    Merci pour ce beau topo bien détaillé,
    Une belle soirée à vous,
    David,

  15. GH dit :

    71 ans et aucun problème pour monter à partir des carrières d’Ascain et… descendre , ce qui est plus difficile !
    c’est nettement plus passionnant que de poser ses fesses dans un petit train coûteux

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *