La pierre des trois évêques

Après avoir lu  un article dans la revue annuelle du groupe archéologique Forez-Jarez et visité avec Jean-Claude le Gnaorou au point de vue de la Panère à Saint-Régis-du-Coin, j’ai eu envie d’aller sur place. J’ai trouvé le tracé sur le site du parc naturel régional du Pilat et heureusement, car le balisage est vraiment minimal, insuffisant si l’on ne dispose pas de GPS ou si l’on n’est pas accompagné.

Partie des Trois-Croix, j’ai parcouru le circuit à l’envers pour ne pas suivre le groupe de randonneurs qui entame la première randonnée de l’année avec retrouvailles bruyantes et discussions. Il faut marcher sur la route D22 dans un premier temps puis obliquer sur la gauche sur un chemin rural en sous-bois puis en zone rurale, fort agréable. Le chemin a dû beaucoup servir car il est empierré avec soin à l’approche des Préaux. Peut-être s’agit-il de la route du sel venant du Rhône pour servir le Puy par Bourg-Argental et qui est un sentier de randonnée aujourd’hui ?

Plus au nord encore, au pied sud du mont Pilat, il est intéressant de constater que des rentes en sel sont assignées au XVè siècle sur le poste de péage de Maclas, qui porte sur la route de Boeuf au Puy par Bourg-Argental et Yssingeaux, témoignant de fait du transit de cette marchandise sur un axe où on ne l’attendrait pas nécessairement.  Quittant le sillon rhodanien très au nord, il s’oriente ensuite vers le sud-est, desservant des régions qu’il est, en venant du sud, plus avantageux de rejoindre par Tournon et Saint-Félicien […]. Toutefois, la desserte du nord du Plateau impose que du sel transite par cet axe. Thèse université Lyon 2, Le trafic à destination du Massif Central par les routes transversales, extrait de la thèse RESEAU ROUTIER ET ORGANISATION DE L’ESPACE EN VIVARAIS ET SUR SES MARGES AU MOYEN AGE, F. Brechon, 2002

Aux Préaux (commune de La Versanne), le traditionnel lavoir à deux bacs puis une belle croix de granit avec un personnage adossé au pilier et qui semble représenter un évêque. Un peu plus loin, enfin un panneau directionnel aux couleurs du parc du Pilat qui indique le moulin Gouet.

Moulin récent (1846), il fonctionnait par une roue horizontale actionnée grâce à une forte pente et une conduite forcée. Le moulin à grains Gouet se trouvait dans le bâtiment supérieur ; au XXe siècle, la force hydraulique servait à produire de l’électricité : c’était le seul du village à en bénéficier.

Je reprends la route jusqu’à la croix et le gros tas de bois. 100 m plus loin, j’entre dans la forêt aux arbres de hauteur impressionnante. Sur la piste forestière, un improbable amoncellement de tuiles gravées au nom d’un  fabriquant : Chilaud (sans doute Emile et Louis) lieu-dit Patroa à Saint-Etienne. Comment ont-elles été amenées ici alors qu’il n’y a ni habitation ni usine dans le coin ?

Le sentier forestier longe la frontière entre la commune de Saint-Sauveur en Rue et celle de La Versanne. A la croisée de deux chemins, un banc de pierre joliment mouluré, attend le promeneur ; une borne frontière porte une croix délimitant sans doute deux diocèses puisqu’on est à quelques centaines de mètres de la pierre des Trois-évêques qui a marqué de longue date le point d’intersection de trois anciennes archevêchés (Le Puy, Lyon, Vienne).

Le sentier sinue sans arrêt sans qu’aucun panneau directionnel me rassure ; parcourant le sentier dans le sens non décrit par le parc du Pilat, la pierre des Trois-Evêques pourrait presque passer inaperçue tant elle est plate, installée dans une clairière un peu à l’écart. Cette pierre, de longue date, a été frontière de trois anciennes régions romaines (Aquitaine, Lyonnaise, Narbonnaise), de trois zones de juridiction au Moyen-Age (Argental, la Faye et Montchal) et de trois communes (Saint-Genest-Malifaux, la Versanne et Saint-Sauveur-en-Rue). Selon Regards du Pilat. Même si les frontières ont aujourd’hui un peu changé, on peut comprendre l’importance qu’elle a pu avoir sur le territoire.
La pierre est large, gravée de trois croix, chacune tournée vers son évêché. Je n’arrive pas à lire les inscriptions. Selon certains spécialistes, elle serait au centre d’un vaste ensemble mégalithique dont le fameux site du Gnaorou que j’ai visité avec Jean-Claude. Dans les environs, de nombreux rochers aux formes ou dispositions curieuses, peuvent évoquer des constructions mégalithiques, comme ce bloc rocheux dont la cuvette fait penser à une pierre d’autel. Eric Charpentier en a identifié une autre au centre du cromlech1 des Faves. Statistiquement, il existerait une mesure mégalithique commune aux bâtisseurs de cromlechs, le yard mégalithique. Site mégalithique de la Pierre des Trois Evêques, Eric Charpentier, Bulletin annuel groupe archéologique Forez-Jarez, n°22, 2018

Nous avons pu néanmoins déterminer que des mégalithes semblaient marquer, non pas le lever, mais le coucher du soleil au jour de 21 décembre. A cette date au coucher apparent du soleil, la Cible du Cadran du Pilat (la Pierre des Trois Evêques) est alignée avec les menhirs récemment redressés dit du Gnaorou. Ce n’est pas à l’heure ‘officielle’ de coucher du soleil, mais en raison du massif qui cache ensuite le soleil, à l’heure où le soleil disparaît derrière la montagne on a l’alignement sur le Gnaorou. Selon le cadran du Pilat

Le sentier se poursuit en forêt puis finalement en sort un peu avant le lieu-dit Les Chaumasses (1162 m) sur le GR 7 qui joint les Trois-Croix à Tracol en passant par la tourbière de Gimel. Il commence agréablement, par un petit sentier rural bordé d’un mur de pierre sèche, traverse une zone lugubre de déforestation puis se transforme en piste forestière extrêmement caillouteuse, dégradée, qui descend jusqu’au parc aventure en forêt ‘Acrobois’ ; je passe par l’entrée du parc qui donne sur le parking. Je reprends la route bordée de quelques cèdres majestueux ; des cueilleurs de champignons ont rempli leur panier.

Dans ce livre numérisé, Forez pittoresque et monumental : histoire et description du département de la Loire et ses confins, Félix Thiollier, imprimerie Waltener et Cie, 1889, vous trouverez des informations sur les villages mais rien sur la pierre des trois Evêques.

Une randonnée en forêt que j’ai beaucoup appréciée en été car la température est idéale ; paysages variés, peu de monde mais insuffisamment balisée…

image de l’itinéraire 8km600, 169m dénivelée (+236, -236), 3h

1cromlech : construction mégalithique préhistorique (enceinte de pierres), le plus souvent à vocation funéraire, nombreuse en Irlande

Ce contenu a été publié dans * 42 Loire, Parc naturel régional du Pilat 42, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *