Randonnée avec les ânes à Saint-Erblon

IMG_7773.jpgJe ne connais pas les ânes ; j’aimerais pourtant partir en randonnée avec Lilou, 4 ans1/2, qui serait sur l’âne tandis que je le guiderais. Pour en savoir plus, je profite des Randofolies 2011 (version archivée) de Saint-Erblon (Ile et Vilaine) pour faire une randonnée avec l’association des âniers du pays de Rennes.

Les citations qui illustrent cette note sont extraites du livre rafraîchissant, plein d’humour et de philosophie, de Gérard Ponthieu, Le tour d’un monde en sept jours avec un âne en Provence , Éd. Le Condottiere, 2009. Vous pouvez le télécharger depuis son blog C’est pour dire

Tandis que les enfants caressent le poil rêche des ânes, je pose ma première question concernant le caractère des ânes qu’on dit ‘têtus’ ; est-ce vrai ? la première personne me précise que si l’on connait les ânes, il n’y a aucun problème pour les faire obéir, pas besoin de carottes pour les faire avancer, pas de brutalité. Le second ânier insiste le fait que l’âne reconnait son maître à la voix et obéit à quelques ordres tels que ‘avance’, ‘à droite’, etc. : travail d’éducation long et répété comme pour les enfants. Le troisième est persuadé que chaque âne a son caractère et qu’il faut donc agir en fonction de celui-ci : placide et têtu, jeune et imprévisible, enfantin et malin. Le quatrième est fier d’avoir gagné le concours d’attelage.

[…] Cinq six enfants joyeux accourent à la rencontre des visiteurs inespérés – surtout du quadrupède bien entendu. Les questions fusent avec les caresses. […] Ce désir de toucher l’animal, son poil, lui frotter le chanfrein jusqu’aux naseaux … Peur de cette grande bouche aux dents saillantes.

Tous les âniers appellent leur animal par leur nom, l’initiale indiquant l’année de naissance, ou un affectueux surnom, comme on le fait avec nos enfants.

Y’a pas, on fait couple. Y compris avec les disputes. Hein mon Juju. Tiens voilà que je le rebaptise. Ouais, ça sera Juju.

IMG_7778.jpgIMG_7786.jpgDépart en procession avec un peu de retard : deux attelages, un âne à la longe, quelques autres bâtés pour permettre aux enfants d’être transportés sans fatigue. Grison, Virus, Quinto et quelques autres partent donc pour un circuit dans la campagne autour de Saint-Erblon. Des champs, des bois, des étangs, des sentiers parfois boueux et une odeur de campagne marquée. Chaque ânier tient le licol court et recommande aux parents de tenir leurs enfants près d’eux : ils ne doivent pas passer derrière l’âne.

Il marche plutôt bien mon petit âne provençal. Surtout si je le tiens court, […]

La conduite de l’âne se fait sur la gauche de l’animal. Il porte facilement 40 kg et marche 30 à 40 km par jour. Sa vitesse de croisière est de 4 à 5 km/h mais il s’adapte à votre rythme. extrait du site Les ânes sont dans le pré. A chaque arrêt avant de traverser une route la caravane s’arrête pour permettre aux retardataires de rejoindre la tête. Les âniers en profitent pour raconter des histoires d’ânes, évidemment. Deux ânes se mettent à braire sans raison, se répondent, et leur cri résonne dans la campagne.

Sauf que Juju, […] va braire. Comme un âne ! Enfin qu’ont-ils à se dire d’aussi important et urgent, ces deux là qui […] s’envoient des hurlements de corne de brume ?

L’animateur interrompt les voitures pour nous permettre de traverser. Les ânes en profitent pour discrètement manger l’herbe fraîche et les âniers ont bien du mal à les en empêcher.

On papote deux minutes le temps pour Julot de boulotter en douce la sauge bleue du jardinet.

IMG_7788.jpgLorsque nous croisons chevaux et voitures, nous avons la consigne de ralentir et nous serrer sur la droite. Les ânes, oreilles dressées, ne sont pas rassurés. Par prudence, les voitures s’arrêtent et les cavalières descendent de leur cheval lorsqu’elles croisent les ânes bien collés sur le côté droit de la route.

Contraste attristant en touchant la nationale. Pas vraiment prévu dans nos plans , nous n’en menons pas large sur le bord extrême du macadam. Les oreilles en alerte maximale, Juju découvre la civilisation.

Un peu plus loin, un champ de couleur orange, brûlé artificiellement, me choque : ce sont des désherbants chimiques utilisés pour se débarrasser des mauvaises herbes. Quel dommage d’en arriver là dans une commune rurale.

IMG_7798.jpgQuand nous arrivons au premier pont de bois, les âniers font descendre les enfants des ânes, et traverser les adultes de l’autre côté. Je ne comprends pas tout de suite le pourquoi de la chose. Les ânes traversent un à un le pont, sauf deux. Le plus jeune, 22 mois, adolescent, traverse après une brève hésitation, guidée à la longe par son éducateur ; l’autre, au bout de 5mn, condescend à le traverser.

Mais pour le second pont, scénario identique mais issue différente : Quinto refuse obstinément de passer. IMG_7803.jpgLes abords du pont sont libérés de toute présence, la réaction de l’âne pouvant être imprévisible. Il a brusquement fait un quart de tour en arrière. Plusieurs techniques différentes sont utilisées : rassurer l’âne par la voix et les caresses, le tirer de force par le licol, mettre un autre âne devant lui pour l’entraîner sur le pont, le pousser par l’arrière-train, lui entraver les pattes. Ce n’est qu’au bout de 20mn et 4 professionnels ayant mis leurs savoir-faire en commun, que l’animal condescendra à traverser le pont.

Juju renâcle. Il a même bloqué le frein à sabot. […] à ses yeux exorbités, je devine l’étendue d’un abîme. Jouer psychologique. Ayant passé sac et chaussures sur l’autre rive, j’ai pris pied au milieu du gué pour tirer l’objecteur par le licol. Il résiste le bougre ! je tire plus encore. Et vlan le voilà qui, tel un élastique, se détend d’un seul coup et saute le pas, en deux enjambées précipitées, pour se retrouver aussitôt de l’autre côté.

Nous atteignons finalement le centre du village ; l’âne refuse de contourner le rond-point par la droite et part sur la gauche ; il s’arrête à chaque voiture qui passe. Nous ne sommes pourtant qu’à 100m de l’arrivée. Les randonneurs abandonnent l’ânier au milieu du carrefour.

On y était presque, à vu de carte IGN, mais voilà, le Destin dénommé Jules, en a décidé autrement : là, dans la dernière montée, ici même, il n’irait pas plus loin. Et basta !

2h de balade instructive. Finalement, je ne suis pas certaine d’être prête à partir seule avec un âne…

Image de l’itinéraire 6km680 1h30 dépl. (2h20 au total) 33m dénivelée

Ce contenu a été publié dans * 35 Ile et Vilaine, Rando familiale, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

1 réponse à Randonnée avec les ânes à Saint-Erblon

  1. 13770 dit :

    Partir en randonnée, mieux un circuit sur plusieurs jours avec des étapes en chambres d’hôtes, avec nos petits-enfants, c’est une expérience inoubliable pour tous. Nous le faisons chaque été depuis 2003 et je crois que nous le ferons encore cette année. 10 à 12 km chaque jour, une étape nouvelle chaque soir, à partir de 6 ou 7 ans les enfants marchent bien et ne montent pas sur l’âne.
    Avec deux de nos petits enfants en juillet 2004, 7 et 9 ans
    [ndlr] Merci pour ce retour d’expérience qui pourrait me faire changer d’avis !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *