Moissac – Boudou sur le chemin de Compostelle

Levées plus tard que les pèlerins, nous étions seules à la table du petit déjeuner d’Ultreia ce dimanche ; De vraies chaussures de randodans le jardin, des chaussures de rando hors d’usage sont devenues d’originaux pots de fleurs ; sur la table de cuisine, un mot d’accueil posé en évidence invite les nouveaux arrivants à entrer ou chercher les propriétaires dans la maison du fond. Tout y est : thermos de café, d’eau chaude pour des dizaines de thé différents, lait, confitures, miel, fruits, yaourts, pain et croissants, biscuits,… ; nous savourons ce repas. Pour ne pas nous gêner avec le bruit, Aideen ira même jusqu’à interrompre le cycle de la machine à laver ; logées en chambre d’hôtes et non dans un dortoir, nous avons bénéficié d’une grande chambre bien chauffée avec coin salon équipé d’un canapé, et d’une salle de bain.

A partir de Moissac, deux parcours permettent de rejoindre Auvilar par le GR65, le chemin de Compostelle ; soit en longeant le canal latéral à la Garonne, soit en montant jusqu’au petit village de Boudou et accepter les 100 m de dénivelée ; les deux chemins se rejoignent à Malause. Ne l’ayant pas parcouru à pied en entier, vous trouverez sur les sites suivants quelques photos pour compléter : site rando-marcheblog de Annie Gerard

Église_Saint-Martin - photo wikipediaL’église Saint-Martin, même si elle n’est pas sur le chemin, mérite un détour  de 200 m ; toute rose de briques, elle se trouve sur un site antique qui a dû être un établissement des bains, une partie du chauffage par le sol datant du début du ive siècle.

Pour l’aménagement en église, la partie Est a été modifiée. L’église a pris le nom de Saint-Ansbert qu’elle a gardé jusqu’au xiiie siècle.
L’église est paroissiale depuis au moins le xie siècle. La chapelle Notre-Dame, côté sud, a été ajoutée à la fin du xve siècle. Elle a été décorée d’un ensemble de peintures représentant la vie du Christ. La totalité de la parcelle a été inscrite au titre des monuments historiques le pour protéger le balnéaire antique trouvé sous l’église. Selon wikipedia

Canal latéral à la GaronneLe parcours tranquille sur le chemin de halage au bord du canal est très fréquenté par les piétons, les cyclistes et les promeneurs ; sur la gauche le PR arrive des berges du Tarn, un groupe s’y est installé pour le pique-nique.
Ecluse Espagnette Ecluse EspagnetteA partir de l’écluse de l’Espagnette, la première écluse à partir de Moissac, au km 68 du canal, il faut traverser le canal, la voie de chemin de fer puis la route départementale pour gagner la montée de Larouette à l’aire de stationnement. Par les coteaux de Boudou (PR3) à travers vignes de chasselas et vergers, montées et descentes assez raides, le GR de pays Quercy Pays de Serre-GR65 arrive sur les crêtes à Boudou.

Le chasselas est le premier fruit frais à obtenir une appellation d’origine, signature d’une tradition d’un terroir et du talent des hommes. Le chasselas de Moissac est planté sur des coteaux argilo-calcaires exposés au sud. Il a de multiples arômes sucrés et sa chair est croquante. Autrefois à Moissac vers 1930 se pratiquait la cure uvale aux vertus thérapeutiques ; Moissac possèdait un uvarium. Chiffres clés : 271 chasselatiers, 509 ha, 3000 à 4000 tonnes.

Eglise de BoudouLa porte de l'église de BoudouNous découvrons d’abord l’église qui semble bien mal en point ; l’encadrement brique et calcaire est typique de la région. En face, il y avait le château construit par l’abbé de Moissac.

Mais c’est le panorama exceptionnel sur toute la vallée, la confluence du Tarn et de la Garonne et les coteaux de Gascogne que les marcheurs viennent découvrir. Par temps clair, il dévoile les Pyrénées.
L’ancien confluent a été endigué et noyé sous les eaux des fleuves lors de la construction du barrage de Malause et du canal d’alimentation des centrales électriques de Golfech à partir de 1968. Selon Boudou en Tarn-et-Garonne.

Panoramique confluence Tarn et Garonne

CalvaireUne imposante table d’orientation présente aux visiteurs les différents points d’intérêt à observer : le pont de Coudol, le barrage, le canal, etc.
Près de la plateforme du point de vue, un calvaire du XVIe/ XVIIe siècle témoigne de la coutume de bénir le tumultueux fleuve Garonne à la Sainte-Catherine pour la protection des marins et des riverains du fleuve. Selon Boudou en Tarn-et-Garonne

237421 moissac boudouImage de l’itinéraire 7km800, 104m dénivelée (+220, -154), 2h30 environ

©copyright randomania.fr


Partager sur FacebookPartager par mailImpression pdf ou papier

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.