Les chemins d’Angely

Jour de fête aujourd’hui : le centre ville de Vaulx1 est fermé pour le marché de producteurs ; je me gare sur le premier parking à gauche, en face du perron de la mairie ; le temps est beau, un léger vent froid rend la marche agréable en ce mois d’août plutôt chaud. La randonnée, bien balisée de couleur ‘jaune’ et de quelques écriteaux ‘les chemins d’Angely’ sur  panneau de bois, est classée en niveau ‘moyen’ par l’office de tourisme de l’albanais.

L’album photos

Une croix de pierre, bien cachée sous les frondaisons, ressemble à celle de la place de l’ancienne église. Je passe devant la récente église Saint-Pierre néo-gothique à la façade claire ; Louise Jeannette et Marie Françoise Julie, les deux cloches baptisées en 1860, l’année de l’annexion de la Savoie à la France, ont été transférées dans la nouvelle église en 1898. D’après le bulletin Vaulx_info de juin 2010

Je traverse le village jusqu’à la croix de bois, début d’une longue montée progressive par la rue de l’ancien presbytère. Sur la façade de l’ancien presbytère (du moins je le suppose) qui s’ouvre sur les jardins par une belle porte cochère datant de 1790, se lit « Source de Saint-François », saint très honoré en Savoie.
Un raccourci raide et empierré rejoint la route des Usses. Encore une croix de chemin sur la route de Saint-Eusèbe : un tracteur transportant deux énormes troncs d’arbres déboule sur la route.

Direction le gite rural par la route de l’ancienne église puis par le chemin des Marguettes. Dès que je suis suffisamment en hauteur, j’ai une très belle vue sur les Alpes et les montagnes les plus proches. Sur le plateau, seul se promène un homme avec ses chiens. J’entre dans le bois où les indications se font rares mais c’est toujours tout droit dans le bois de frênes ; c’est aussi un sentier botanique ponctué de panneaux pédagogiques : le lierre, le merisier, l’arbre à cavités, etc. j’entends nettement les coups du bec du pic sur le tronc d’un arbre : ces trous sont souvent utilisés par d’autres oiseaux (mésanges), mammifères ou insectes (papillons, abeilles) ; les arbres gémissent ou grincent bizarrement.
Dans le bas du chemin un peu défoncé, je croise une cavalière au carrefour ; pas de balisage à cet endroit, il faut tourner à droite pour rejoindre le centre équestre : c’est le sentier du vieux four, évocation de celui de la maison forte probablement.
Les fours étaient au nombre de onze, neuf banaux et deux communaux : cinq « en Veaux », deux à Mournaz, un à La Croix, un communal à Bellossy, un au Biolley et un communal à Auzon Dessus. A partir de là, plus de balisage jusqu’à la route de Fresnes ou route de la maison forte. D’après Histoire de Vaulx, site http://perso.crans.org, Jean Brunier

Je passe devant une petite chapelle à gauche sur laquelle je n’ai trouvé aucune information ; comme au XVIIIè la Savoie n’était pas française, je n’ai pas pu vérifier sur la carte de Cassini qu’il existait autrefois un édifice religieux à cet endroit ; la maison forte de Fresnes Dessous se situe un peu plus loin sur la droite.

La maison forte de Fresnes, […] est un bâtiment imposant du XVe siècle avec un haut toit à quatre pans. Il a été remanié à plusieurs reprises, notamment en 1810, comme l’atteste l’inscription sur l’une des fenêtres du rez-de-chaussée. […] Un mur intérieur d’un mètre vingt d’épaisseur partage le logis en deux parties dans toute sa hauteur. […] à une tour primitive, a succédé une maison forte.
[…] Chacun des trois étages comporte deux chambres. […] Les murs extérieurs ont également un mètre vingt d’épaisseur et des meurtrières y ont été dégagées au Nord et au Midi. Un four à une arche est accolé à la maison forte du côté de la route. La cour possède un puits, les anciennes écuries, un lavoir et une vaste grange à deux porches. […] Son mur occidental possède encore une magnifique fenêtre avec une accolade et une grille d’époque. […]
La maison forte est le berceau de la famille noble des Fresnes. Au milieu du XVIe siècle, le Seigneur des Fresnes est noble Pierre. Histoire de Vaulx, site http://perso.crans.org, Jean Brunier

Puis je passe devant l’entrée des écuries d’Angeville et une croix votive portant la statue de la Vierge, au lieu-dit « Vé Fê » (en patois) endroit planté de hêtres fayards autrefois.

En 2008, Pierre, Jean-Louis, Jean-Marc, Christophe, Anthony, Alexis et quelques copains sont partis dans la belle initiative de faire revivre la croix de Fresnes. vaulx info octobre 2008

Je marche sur la route où je croise un second engin agricole qui occupe toute la largeur de la route : je dois me garer sur le côté. A l’entrée du hameau, je retrouve le petit panneau de bois des chemins d’Angely, un peu décalé par rapport au carrefour.

Au crêt2 d’Angely3, le paysage s’ouvre largement sur le mont Salève d’un côté et le hameau de Sallongy de l’autre. Un troupeau de vaches placides se repose, la tête tournée dans la même direction ; seule une vache se lève à mon approche.
Le sentier vire au sud sur un agréable chemin d’exploitation en direction du col d’Angely, point culminant de la commune.

Sur un fond de nuages blancs, à l’est, le Parmelan et la Tête Ronde : entre les deux, une tête d’épingle qui pourrait être le Mont-Blanc ; les petites dents de Lanfon, et la Tournette se situent plus vers le sud. Un superbe point de vue ! De tous côtés des montagnes qui ne rentreront sur un panoramique qu’avec 7 photos accolées. Celui que je vous propose ci-dessous n’en a que 4.

Dans la descente vers le Biolley4, je me retourne ; en haut de la colline, quelques vaches broutent dans le haut du pré désert. En bas du chemin du col, le virage à droite mène au hameau que l’on traverse jusqu’à l’entrée du sentier du pont de pierre, près de la chapelle ND de la Conception. Il traverse le ruisseau de Vaudrenaz assez profond, sur un pont… de pierre.
A la station d’épuration, je rejoins le centre ville par la rue du marais ; quelques cyclistes fatigués, nombreux dans cette région, arrivent en même temps que moi. Je traverse le marché ; je dois admettre que le monument en l’honneur des victimes de la guerre 14-18 est de belle facture.

Une randonnée aux paysages variés, aux nombreux points de vue, alternant chemins et petites portions de route peu fréquentées, et de difficulté bien dosée.

Image de l’itinéraire 8.800km, 169m dénivelée (+373, -373), 2h20 déplacement (2h35 au total)

1Vaulx : de « Vallis », val, appelé ainsi parce que son territoire renferme, outre son ruisseau, les deux vallons parallèles des nants encaissés de Vaudrenaz et des Crottes. D’après Charles Marteaux, Répertoire des noms de lieux de l’arrondissement d’Annecy, cadastre de 1730.
2crêt : En Suisse, Savoie, Jura, crête montagneuse, rocheuse; sommet, généralement en pente douce d’un côté, abrupte de l’autre; coteau, éminence à pente
3Angély ou Angelier : du nom de famille, crêt et col aux confins de Vaulx et Sillingy.
4Biolley (le) Biolles (les) : lieu où croît le bouleau.

Ce contenu a été publié dans * 74 Haute-Savoie, ----- * Albanais 74, Rando familiale, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Les chemins d’Angely

  1. L’Auvergne est une région qui possède des panoramas et des chemins pour pratiquer des randonnées.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *