Gouffre d’enfer, Rochetaillée et barrage du Pas-de-Riot

Je viens de passer deux jours formidables avec « les romains », en compagnie d’un grand spécialiste de l’aqueduc du Gier, président du groupe archéologique Forez-Jarez (article à paraître) ; avant de quitter Saint-Etienne, il m’a conseillé une randonnée dans le Pilat ; je n’ai pas de voiture et je me demande bien comment je vais pouvoir m’organiser : Saint-Etienne est une ville bien desservie en transports en commun. Le tram m’a déposée à la gare routière, le car (TIL ligne 122 Saint-Etienne Annonay) m’a déposée sur le bord de la route à Planfoy : c’est super ! Le plus dur sera de ne pas rater le dernier car pour Saint-Etienne.

L’album photos

Dès le départ, ça grimpe pour rejoindre Planfoy, petite commune de 1000 habitants dans le Parc Naturel Régional du Pilat. Le premier balisage rencontré est plutôt voyant : sur fond  vert foncé pour le parc, vert fluo pour les directions, jaune pour la via ferrata. Sur le chemin de Corbières, déjà je profite de l’environnement naturel, puis j’entre dans la forêt aux arbres bien hauts (un pin de 75 ans est annoncé sur un panneau). Plus j’approche du plan d’eau et plus j’apprécie toutes les nuances de verts qui n’existent pas en Provence l’été ; plus grandit le barrage du gouffre d’Enfer et plus je devine la profondeur vertigineuse qu’il y a derrière.

Dès sa construction l’approche touristique a été prise en compte avec la création d’un sentier taillé dans la roche permettant d’arriver au pied du barrage avant l’ascension de celui-ci par un escalier sinueux.
Il a été conçu par les ingénieurs Graëff, de Montgolfier, Conte Grandchamps en 1862 sous le règne de Napoléon III et inauguré en 1866. Ce fut l’un des premiers barrages poids arqué en maçonnerie d’Europe, le plus haut barrage de France et du monde entier à sa conception.
Depuis 2003 le barrage a été complètement vidé et est utilisé comme écrêteur de crues ou lorsque le barrage du Pas-du-Riot est vide pour alimenter en eau la ville de Saint-Étienne. wikipedia

Le barrage du gouffre d’Enfer, Noëllie Ortega, Elodie Ravel, Éditions Édelgé, 2017

Bien que très tentant, je ne prendrai pas l’escalier qui descend à plus de 50m de profondeur, emprunté par des amateurs de via ferrata ou de parcours de montagne. Je voudrais rejoindre La Rochetaillée dont m’a parlé Jean-Claude. Continuer la lecture de « Gouffre d’enfer, Rochetaillée et barrage du Pas-de-Riot »

Miradoux – Lectoure

Cinquième et dernière demie étape de notre voyage sur le chemin de Compostelle. Claire qui souffre de la chaleur, a décidé de me rejoindre en cours de route ; elle propose à John de la déposer en fin de matinée à Boué où la route coupe le chemin de Compostelle.
Je pars donc seule en suivant la route ; je m’étonne d’entendre autant d’oiseaux dans le petit bois qui longe la route.  En face de l’étang de Pourrin j’oblique dans les champs de tournesols écrasés de soleil. Au loin l’imposant château de Gachepouy construit au dessus de la ferme, à la fin des guerres de religion. Je ne fais pas le détour jusqu’au château bien que plusieurs sentiers m’y invitent puisque d’est au sud-ouest je le contourne. Pas de rempart, de loin, sa forme est un parallélépipède austère à deux étages, flanqué aux angles Nord-Ouest et Sud-Ouest de deux tours carrées.

Reportage sur ce château, en textes et photos

Paysages typiquement ruraux du Gers : champs à perte de vue, qui ondulent, parsemés de temps en temps de plans d’eau. Avant de rejoindre la D23, je délaisse le grattoir artisanal installé sans doute par le propriétaire des lieux : pas de boue à ôter aujourd’hui !

Un champ avec des ânes, des bottes de foin déjà empaquetées puis j’arrive à Castet-Arrouy1. L’église Sainte-Blandine d’époque gothique renferme du mobilier récent ; les peintures, un bestiaire fantastique, sont de Paul Lasseran, un peintre de Lectoure ; les autels sont en marbre blanc, le maître-autel en marbre blanc et rose du XVIIIe.

La route à nouveau à la sortie du village puis un sentier bordé d’un bel alignement d’arbres jusqu’au bois de Gajan ; le sentier évite la route sur une voie parallèle, d’abord côté gauche puis côté droit : c’est toujours mieux ainsi.

Je chemine sur un sentier d’exploitation ; à l’approche de la Peyronnelle, un panneau m’apprend qu’il y avait là un ancien petit hôpital de campagne datant du XIIIe ; passé aux mains des évêques de Bethléem, puis aux religieuses de l’abbaye de Pontvert puis vendu pour devenir une exploitation agricole. La maison actuelle réutilise le bâtiment principal médiéval et ses murs épais. La grange nord-est a été reconstruite avec les blocs des anciens bâtiments. Difficile quand même de reconnaître un bâtiment médiéval.

Commence un bien agréable parcours bordé d’arbres d’un côté ; un petit pont de bois mène à la ferme Barrachin puis un étang aménagé apporte un peu de fraîcheur ; un autre plan d’eau sur la droite annonce mon arrivée prochaine à Boué ; j’appelle John pour qu’il se mette en route et les attends sur le bas-côté.

Claire arrive ; nous nous séparons de John, nous l’embrassons et nous repartons dans un sous-bois bien agréable à l’heure de midi.

Passage en contrebas de la bâtisse Pitrac, puis une allée goudronnée amène à la route. Depuis le sentier herbeux, au loin, on voit surgir l’énorme clocher de la cathédrale de Lectoure : nous somme persuadées que l’arrivée est proche mais c’est trompeur. Au sud de Picat, nous traversons le petit Vaucluse : je retrouve ma région jusqu’ici !

Quel bonheur de trouver un tout petit espace ombragé en face d’un champ pour le déjeuner ! peu de pèlerins rencontrés en chemin aujourd’hui, seul un couple d’anglais nous saluent.

Nous passons entre deux champs de blé de couleurs différentes : blé doré d’un côté, blé rougeâtre de l’autre (épeautre ?). Au niveau du cimetière, la dernière rude montée est affolante : il va falloir gérer son souffle. Une grande croix rouge nous accueille en haut de la côte.

Nous cherchons l’hôtel de Bastard, c’est le nôtre, pour un peu de repos avant la visite de Lectoure. Des mosaïques empruntées au musée archéologique municipal sont accrochées dans la cage de l’escalier à trois volées droites. L’étage de soubassement est occupé par trois caves voûtées en brique et pierre et une citerne voûtée. Selon la Dépêche du 04/02/2018.

L’hôtel de Castaing, ancien nom de l’hôtel de Bastard, a été construit par les De Castaing, vieille famille parlementaire puis légué à J.B. de Bastard, futur baron d’empire,en 1821 ; ses décors intérieurs sont inscrits à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques ; il a été restauré par la commune en 1923. Murs, plafonds et trumeaux sont décorés de gypserie sur le thème de la nature, de la mythologie, la musique et la guerre.
Sur wikipedia

Passage par l’office du tourisme où un jeune homme se coupe en quatre pour répondre à une de mes interrogations : Pourquoi les églises de votre région ont-elles toutes une statue de Jeanne d’Arc ? La popularité de Jeanne d’Arc est liée au récit de l’historien Jules Michelet, qui en fait une héroïne universelle, tant religieuse que patriotique, républicaine, populaire. Aussi n’est-elle probablement pas plus présente dans le sud-ouest que dans les autres régions !

Guide en poche, nous partons à la découverte de Lectoure. Lectoure : guide de découverte de la cité historique, Service d’inventaire du patrimoine, Mairie, mairie, office du tourisme, 3€

Continuer la lecture de « Miradoux – Lectoure »

Les balcons de la montagne des Princes

L‘Albanais en Haute-Savoie, ce n’est pas de la haute montagne mais c’est quand même un peu physique ; le point culminant de cette randonnée est à 935 m, 5 m à peine en dessous de l’altitude officielle du sommet de la montagne des Princes ; cette vallée du Fier (prononcer le « r » comme dans l’adjectif  « fier ») est connue pour ses gorges aménagées à Lovagny, que l’on peut visiter sur des passerelles accrochées à la paroi.
Les chiffres figurant sur la carte de bas de page matérialisent un panneau directionnel, les lettres un centre d’intérêt. Le point (3b) ne figure pas sur la fiche vendue par l’office du tourisme de Rumilly. Vous trouverez deux parkings randonneurs nord et sud à Chavanne d’en Bas (465 m), totalement accessible par la route mais aussi un parking à Chavanne d’en Haut. L’office du tourisme de l’Albanais classe la randonnée comme difficile sur une demie journée.

L’album photos

Partie d’Alby sur Chéran, je traverse Rumilly puis Saint-André Val-de-Fier (D14) où se trouve l’hôtel-restaurant « Les bottes à Mandrin ». Le contrebandier populaire Louis Mandrin qui s’en était pris aux collecteurs d’impôts de l’époque, réfugié en Savoie à l’époque où elle ne faisait pas encore partie du Royaume de France,  y aurait laissé ses bottes de postillon, qui étaient fixées à la selle de son cheval, évitant ainsi de salir ses bas. Au xviie siècle, la monture, et donc les bottes, étaient changées toutes les sept lieues (distance entre deux relais de poste) d’où leur nom de bottes de sept lieues.

Histoire de Mandrin (page web), Le 26 mai 1755, l’exécution de Louis Mandrin (podcast), par l’historien Franck Ferrand

Aucun autre randonneur n’est au départ mais cela ne m’effraie pas d’être seule un certain temps. Le parking sud affiche les dates d’ouverture de la chasse et les jours de battue : bonne idée pour apprendre à partager la nature avec les chasseurs. Au bout de 15mn d’un sentier forestier, j’arrive à la croix de Chavanne (A), sur un espace dégagé, qui déjà m’offre un superbe panorama sur la plaine de l’Albanais, le massif des Bauges et le torrent du Fier, avec une vision curieuse au travers de l’arche de la chapelle Saint-André ruinée.

Les ruines de la chapelle (ou église Saint-André) seraient les restes d’un sanctuaire construit vers l’an 450 par les moines de Saint-Claude, puis reconstruit au XIIe siècle par les Bénédictins [du prieuré de Bonneguette]. Ce fut ensuite une église paroissiale jusqu’en 1663. [Pillage des pierres à la révolution. L’arche a été restaurée par le Lions Club de Rumilly]

Croix de Chavanne et Ruine de l’Eglise Saint André, cyril4885

Demi tour pour poursuivre par un autre chemin en direction du belvédère du mont des Princes ; situé un peu au-dessus du sentier de départ, il descend dans un premier temps – ce qui me fait craindre une erreur dans la préparation du circuit – puis progressivement monte de façon continue, dans une forêt de hêtres ; au point « Chappay » (1), un panneau directionnel rappelle la direction du belvédère. Parfois certaines montées sont plus rudes que d’autres.

Un panneau d’alerte m’indique une zone de petites falaises, que je n’ai pas trouvé dangereuses pour le randonneur habitué à marcher : la falaise ne frôle pas le sentier, et dix mètres en dessous, un replat cache le grand vide de 300 m de haut. Bruissement de feuilles sur ma gauche ; justement, en contre-bas, une biche court sans affolement : l’aurais-je surpris ?

Quand vous verrez les marches d’escalier (2) sur votre droite à 787 m d’altitude, ne continuez pas tout droit mais suivez le sentier qui semble parfois se perdre, jusqu’au chalet et sa réserve de bois (pour les chasseurs ?). Opportunément, l’eau de pluie est recueillie dans un bidon : je m’y rafraîchis volontiers.

Au niveau de la prairie après le chalet (3), le sentier brusquement vire à gauche mais le panneau est à peine visible de ce côté ; le sentier domine légèrement le chalet et les provisions de bois s’accumulent sur le bord du chemin.

Au point (3b) il faut quitter la piste pour un sentier plus étroit ; ne subsistent qu’une petite flèche jaune sur une pancarte de bois en hauteur et un panneau de bois à section carrée ayant perdu son balisage. Il ne faut surtout pas descendre mais plutôt rester à une altitude autour de 850 m ; je croise trois jeunes en baskets, décontractés comme s’ils se baladaient en ville ; j’entre dans une zone de lapiaz (B) que les eaux de pluie ont creusés sous forme de rigoles peu profondes couvertes de mousse. Le sentier circule entre eux mais une fois passe au dessus. Au printemps, les lieux sont couverts de jonquilles, et érythrones qu’il ne faut pas cueillir car elles fanent très vite. Photos sur le site Sortie du club des retraités de la MGEN

Quand je sors de la forêt, avant même d’avoir atteint le belvédère promis, je devine que ce sera impressionnant. On ne peut pas voir le fond des gorges du Fier, la cluse étant trop resserrée et profonde : seulement la paroi verticale pliée et sinueuse en face de moi ; je suis des yeux le ruban bleu du Rhône. De l’autre côté du fleuve le Grand Colombier, sommet du Jura dont les habitants de l’Ain sont fiers. D’ailleurs la Montagne des Princes un « des chaînons jurassiens formé de terrains essentiellement jurassiques et crétacés, plissés et affectés par des accidents tectoniques. » Selon Connaitre et protéger la flore de Haute-Savoie

Continuer la lecture de « Les balcons de la montagne des Princes »