* Balade archéologique d’Eyne

La Catalogne, d’emblée, m’a fait douter que j’étais en France : tout le monde parle catalan, petits et grands, et lors de la visite de fort Libéria à Villefranche-de-Conflent, j’étais la seule qui ne comprenait rien aux échanges. A l’arrivée, le chauffeur de la navette du fort a quand même pensé à m’adresser quelques mots en français. Cette forte identité qui se dégage de la région s’explique par son histoire.

la météo du jour à Eyne
Avec le vent à 3 jours

Je vous conseille de descendre du fort Vauban par le souterrain aux mille marches (734 en vérité) construit plus tard, entre 1850 et 1853 : sensations garanties !

Chambre 3Gite San FeliuArrivée à LLo – prononcez Yo, nous sommes en Cerdagne – un peu après 18h au testgite San Feliu, j’ai été accueillie par Anne qui s’était déjà inquiétée de ne pas me voir arriver. Elle me présente ma chambre, coquette et simple ; sur la mezzanine, toilettes et douche à l’italienne ; un petit balcon donne sur les montagnes. Et le wifi pour ceux qui ne savent plus se passer d’internet ! Que demander de plus ? Elle m’accueille avec un verre de jus de pommes et nous échangeons sur les randonnées : pour la mise en forme, la première sera facile et comblera ma curiosité : la balade archéologique d’Eyne rassemble sur peu de distance, plusieurs vestiges préhistoriques et antiques.

[…] le territoire de la commune [d’Eyne] a été habité très tôt par les premiers hommes préhistoriques. Nous sommes au néolithique, vers -6000. Les premières traces évidentes se trouvent à travers les dolmens et les menhirs, de l’époque mégalithique (-2200). Une civilisation plus moderne du Ve siècle avant JC, les Keretanis […] occupaient la Cerdagne, ainsi qu’une partie des hautes terres de l’actuelle Andorre et Espagne.

 

Dolmen el PouDolmen el PouDépart du parking en terre battue en face du club équestre. La carrer del Carreter se termine en chemin de terre.Vue sur le massif du Carlit Balisage jaune-rouge. Après le passage du ruisseau qui s’écoule par palier, c’est le dolmen el Pou caché autrefois sous un tumulus de pierre et de terre. Il a été daté de 2200 avant J.-C grâce aux os calcinés retrouvés à l’intérieur.

Le dolmen els PasqueretsLes murs de pierre sèche délimitent les parcelles ; au bout du chemin parfois empierré, je croise la voie antique, qui probablement emprunte le même itinéraire qu’un chemin plus ancien. Le balisage devient jaune, un panneau représentant une coquille signale le chemin de Compostelle. Colonisés par les romains, les kérétanis, peuple qui occupait les lieux, se sont mélangés à la civilisation romaine du nouvel empire (-121). Pour découvrir le dolmen els Pasquerets, il faut grimper le long d’un grillage après quelques dizaines de mètres sur la Via Cerdana.

le pont de bois et ses piles romainesle pont mégalithiqueAu point marqué « pont romain », ce n’est pas là qu’il y a le pont, je descends par la gauche jusqu’au pont de bois  dont seules la base des piles est romaine. Un peu plus loin, en passant sous le fil de fer, je peux voir le pont mégalithique sous lequel s’évade les flots d’un ruisseau. C’est un assemblage de roches érigé durant le néolithique. Ne sachant pas son existence, je n’ai pas vu le bloc de granit fendu, la fameuse roque del traginers, lieu de rendez-vous des traginers. Le traginer est une personne qui transporte des marchandises à l’aide de bêtes de somme comme le cheval, l’âne, le mulet ou le bœuf. Pendant de nombreuses années ils ont permis l’échange de produits (blé, orge, pommes de terre, le vin,…) entre les villages et villes. Ce sont les muletiers catalans. Photos sur le site des Pyrénées catalanes.

Le sentier qui grimpe après le pont mégalithiquemenhir d'Eyne dit des BassousesDemi-tour pour trouver à quelques dizaines de mètres le panneau indiquant le dolmen suivant : le sentier va grimper, sinuer, traverser un canal rustique, longer une forêt de bouleaux. Au croisement avec la D29, il faut continuer sur la route à droite puis reprendre le sentier sur la gauche. Là, le menhir des Bassouses (Del Bosc) se dresse sur fond de montagnes.

Blocs de granitLe chemin se poursuit entre les blocs granitiques épars qui jonchent les prés. Le long de la frontière entre Eyne (autrefois Eina) et Llo (autrefois le domaine d’Allius), un rocher porte une inscription médiévale gravée E et A, signalant la limite entre les deux communautés. Je ne l’ai pas trouvé malgré un aller-retour le long de celle-ci.

Pierre à cupules ?Un coureur qui fait le même parcours que moi en sens inverse, me salue alors que j’arrive au niveau des pierres à cupules. Je n’en ai jamais vu « en vrai » mais uniquement sur les photos d’Emmanuel Breteau, à l’exposition d’art rupestre de l’arc alpin qui avait lieu dans l’abbaye de Hautecombe en 2013 (Tour des Bauges J2). Je n’ai trouvé que des grosses cupules dont la couleur du fond me fait penser qu’elles ont peut-être contenu un liquide qui les a colorées.

Sur le site rando66, d’autres photos

Eyne pierre cupules (site internet)Une cupule est une forme de pétroglyphe réalisée à la surface de rochers ou d’affleurements rocheux. Il s’agit d’une dépression concave, de forme circulaire. Les cupules sont généralement de taille modeste, de quelques centimètres de diamètres. Parfois, plusieurs cupules sont reliées par une rigole. Le but de ces décorations n’est pas connu, pas plus que l’usage exact qui en était fait. Au vu de rigoles qui reliaient, dans certains cas, les cupules entre elles sur des surfaces plus ou moins horizontales, on a parfois pensé qu’elles étaient liées à des libations rituelles, mais les preuves d’une telle théorie font absolument défaut. wikipedia

Abri sous rocheL’abri sous roche est le dernier monument du circuit. Amas rocheux sous lequel une ouverture étroite donne accès à un abri. Il a servi d’abri temporaire de tout temps, 2000 ans avant J.-C., et 3300 avant J.-C.

Sentier ou ruisseau ?Fin du parcours vue sur EyneA partir de là, il faut être particulièrement attentif pour ne pas perdre le balisage jaune. Sur la toute fin du parcours, le sentier c’est le ruisseau qui aboutit le long du centre équestre. Il y a bien un sentier praticable à côté mais il est privé.

Site Pyrénées catalanes, beaucoup d’informations et photos

Télécharger la fiche rando

Une excellente mise en jambe avec ce circuit varié et facile qui nous fait plonger dans l’histoire la plus ancienne de la Cerdagne.

Image itinéraire Eyne sentier archeologiqueImage de l’itinéraire sur carte ©IGN 6km100, 127m dénivelée (+305, -301), 2h déplacement (2h40 au total avec visite). L’extrémité des flèches rouges < indiquent la géolocalisation des points d’intérêt.

L’aqueduc du Gier en quelques points

Des aqueducs romains, j’en ai vu plusieurs, enfin quelques uns de leurs vestiges : le pont du Gard, la Traconnade (Jouques-Aix-en-Provence ), l’aqueduc d’Arles, la Roche Taillée à Mons (Var), celui de Luynes (Indre et Loire). Je savais que celui du Gier avait quelques particularités que j’avais très envie de découvrir.

En résumé : 86km, environ 30 ponts, 12 tunnels, plus de 1000 regards de visite, à moitié dans la Loire, l’autre moitié dans le Rhône, départ Saint-Chamond, arrivée Lyon (Lugdunum).

J’ai la chance aujourd’hui d’avoir pour guide, Jean-Claude Litaudon, président du groupe archéologique Jarez-Forez (ne pas prononcer le ‘z’ final !) l’un de ceux qui connait le mieux l’aqueduc ; ici, à Saint-Etienne, ils prononcent ‘akduc’ ! Nous ferons sa découverte en plusieurs points du département du Rhône.

*Tableau complet* des vestiges sur le site de l’association Jarez-Forez.

De quand date-t-il ? Hadrien ou Claude ? cela semble encore un vaste débat comme en témoigne l’article la datation de l’aqueduc du Gier par Armand Desbat. Il faut dire que les bornes de protection trouvées (Chagnon, Saint-Joseph) ne prouvent rien : l’une d’elle qui date d’Hadrien (117-138) fait référence à un sénatus-consulte de -11 av. JC…

*Lien vers la carte IGN avec le tracé complet*, tracé proposé au format google earth par l’association Forez-Jarez et converti en gpx.

Captant l’eau du Gier au  lieu-dit Moulin-Combat sur la commune de Saint-Chamond, il parcourt 85km jusqu’à la colline de Fourvière à Lyon. Pourquoi aller la chercher si loin ? sans doute parce que cette source était pérenne et de très bonne qualité puisque contrairement à celui du Gard, les concrétions calcaires ne bouchent pas le canal.

Saint-Maurice sur Dargoire

vallée Bozanson IGNPremier rendez-vous en voiture, à Saint-Maurice sur Dargoire  : la vallée du Bozençon est si large que les Romains ont préféré la contourner plutôt que la traverser. Vous en avez un bon exemple ci-contre. Dans un ancien dictionnaire topographique on remarque diverses orthographes au fil des siècles (Bosanson, Bouczenson, Bouzanson), mais je n’en ai pas retrouvé l’origine toponymique. Dictionnaire topographique du département de la Loire, J.-E. Dufour, Université de Saint-Etienne, 1946

Mesurée sur la carte IGN cette vallée mesure entre 280m et 850m de large : impossible de construire un tel pont surtout qu’il en aurait fallu à plusieurs endroits (longueur Pont du Gard : 274m). Les Romains ont donc contourné plusieurs fois les vallées pour éviter de les traverser.

Mornant

Mornant, pont du Mornantettitle=Pont sur le MornantetPont du Mornantet : un panneau d’information gravé tente de nous éclairer mais mon guide me signalant plusieurs erreurs ou affirmations non vérifiées, je préfère ne pas vous en donner le contenu. Côté ouest, l’appareil réticulé (voir photo ci-dessous) de l’aqueduc du Gier, le seul du monde romain entièrement construit ainsi, est très bien conservé ;  composé de petits moellons de forme pyramidale – des molaires – posés sur un angle, parfois colorés de différentes couleurs, il attire l’attention : les romains voulaient-ils laisser un témoignage de leur grandeur comme avec leurs mosaïques ou leur cénotaphe ?

appareil réticuléPierre taillée pour le réticuléC’est une des caractéristiques remarquables de cet aqueduc pour les parements des parties visibles, avec des arases de brique. La technique a été très employée en Italie durant plusieurs siècles. La partie intérieure des moellons était taillée en biseau pour une meilleure insertion dans le mortier.

Mornant, intérieur du canalLe canal avec son enduit est apparent, la voûte a disparu. A la sortie du pont le conduit s’enterre en direction de la route qui l’a détruit. Nous le retrouvons un peu plus loin, dans une propriété privée dont le chemin d’accès a coupé l’aqueduc, laissant voir l’intérieur du canal.

Regard à fond surbaissé et sa dalle de couverture, MornantRegard, Mornantschéma louve JP Adam ac. CaenA quelques mètres de là, je peux distinguer l’intérieur du regard d’entretien envahi de branchages : des pierres bien taillées en constituent la voûte ; il comporte un fonds surbaissé – sorte de réceptacle à sédiments qui auraient pu boucher les tuyaux de plomb : ils étaient finalement inutiles tant l’eau est pure. Les regards, c’est la spécialité de mon guide… Un petit regarde de 57×57 cm alterne avec un grand 90×90 cm. Sur la dalle de couverture provenant d’un autre regard, le carrier a creusé le trou de louve qui permettait de soulever la pierre.

Soucieu en Jarrest

"le chameau" Soucieu en Jarrest, l'ArchetSoucieu en Jarrest, le spécusUne belle rangée d’arches (79) – au lieu-dit le Barret – mais 4 seulement sont intactes.  A l’une des extrémités, le spécus est bien visible. A l’autre bout, à quoi ressemble celle-là ? me demande mon guide. A un chameau bien sûr, d’où son surnom !

Réservoir de chasse, la Gerle, Soucieu en JarrestNous continuons à suivre l’aqueduc jusqu’au réservoir de chasse de la Gerle, chambre de 4m60 sur 1m55 : c’est la première fois que je vois un vestige de siphon romain, application à très grande échelle du principe des vases communicants ; 10 tuyaux de plomb de 25 cm de diamètre capables de supporter des pressions énormes reposaient sur une partie bâtie, le rampant, pour atteindre le sol, descendre la vallée jusqu’à un pont-siphon avant de remonter de l’autre côté jusqu’au réservoir de fuite ;  le réservoir (propriété privée) montre encore quatre orifices dans lesquels se trouvaient ces tuyaux conduisant au pont-siphon du Garon. De l’autre côté, le réservoir de fuite de la Gagère, un peu plus bas que le réservoir de chasse, récupérait l’eau qui continuait ainsi son parcours dans l’aqueduc. Difficile à reconnaître sous l’abondante végétation. Un œil exercé comme celui de Jean-Claude a repéré le réservoir de chasse de l’autre côté de la vallée.

Une explication pédagogique du siphon

Chaponost

Chaponost bel alignement d'archesLe canal et une amorce de voûteAu lieu-dit Plat-de-l’Air, une longue enfilade de 72 arches tous complètes provoque mon admiration ; trois regards sont visibles sur les arches, et l’enduit subsiste souvent sur l’un des piédroits. Les réticulés sont ici en calcaire blanc. Après un virage vers la droite, et la traversée d’un agréable coin de pique-nique, nous retrouvons le troisième siphon destiné à traverser la vallée du Beaunant.

réservoir de chassedormant du réservoir de chasseRéservoir de chasse, BeaunantAucun tuyau de plomb n’ayant été retrouvé, on ne sait comment ils étaient protégés. En haut du réservoir de chasse très dégradé, apparaît le profil du canal d’arrivée ; sur le large ‘rampant’ incliné, les tuyaux de plomb acheminaient l’eau jusqu’au pont dans la vallée.

Beaunant

Beaunant aval : arche combléeBeaunantréticulé de différentes couleurs, BeaunantDernière étape de notre découverte, Beaunant, chemin de Montray : un appareil réticulé coloré, de très hautes (18m) et lourdes arches dont certaines ont été comblées avec le même appareil, pour empêcher la fragilisation de l’ouvrage. Les doubles arases de brique horizontales servaient à arrêter d’éventuelles lézardes et à se repositionner à l’horizontale au fur et à mesure de l’élévation de la construction ; j’y ajouterais un côté esthétique.

Près de la plupart des vestiges, ont été posés des panneaux d’information ; de nombreux circuits de randonnée y passent ; en voici deux exemples sans avoir besoin de chercher bien longtemps : En vélo depuis Lyon, randonnée commentée par Rhône-Tourisme

L’attrait touristique de cet aqueduc a bien été perçu : c’est une réussite à laquelle participe l’association Jarez-Forez qui joue également un rôle pédagogique en intervenant dans les écoles et en organisant des visites guidées. Si seulement nous arrivions à obtenir une telle mise en valeur pour celui de la Traconnade…

Images des parcours pédestres

 

Je remercie J.C. Litaudon pour la relecture de cette note.

L’aqueduc romain du Gier ou du Pilat, J.-A. Hamm, J.-C. Litaudon, F.R.A.L., LIGER, édition revue et augmentée, 2004. Le guide idéal pour une balade ou une randonnée thématique

A la découverte de l’Aqueduc romain du Gier, Syndicat Intercommunal de l’Aqueduc Romain du Gier

Tour des Bauges J2 : Aix-les-Bains et l’abbaye de Hautecombe

J2 tour des Bauges : la Motte en Bauges – Jarsy à pied, c’est ce qui est prévu ; mais il a plu toute la journée d’hier et il pleuvra encore aujourd’hui :  les gens du pays sont d’accord sur ce point ; de plus, chaussures, chaussettes, coupe-vent, pantalon ne sont pas encore secs ; nous décidons de faire du tourisme. L’office du tourisme du Chatelard nous remet un dépliant jaune fort judicieusement intitulé : « Temps pluvieux, itinéraires heureux » !

Nous décidons de partir à la découverte d’Aix-les-Bains puis de l’abbaye de Hautecombe1 au bord du lac du Bourget. Un moine bénédictin, croisé lors d’une randonnée, m’avait appris que les moines installés à Ganagobie, venaient de l’abbaye royale de Hautecombe (lire le plateau de ganagobie dans le blog randomania), où ils espéraient trouver un lieu plus calme et plus propice à la vie monastique.

A Aix-les-Bains (de Aquae = eaux, comme à Aix-en-Provence, même origine), nous visiterons le luxueux casino à la décoration légèrement rétro ; les œuvres d’art côtoient les salles de jeux, les salons et le bar ; l’invitation au plaisir du jeu se ressent partout.

Puis nous déambulerons sur la place de la mairie où subsistent quelques vestiges romains :

  • l’arc de Campanus à destination funéraire ; les 8 niches devaient abriter des statues ou des urnes,
  • le temple de Diane,
  • les thermes que les hommes ont beaucoup saccagé : ils comprenaient trois grandes piscines froides, deux baignoires à revêtement de marbre, deux pièces tièdes et plusieurs piscines chaudes. Les murs étaient ornés de marbre et stuc peint. Le torse drapé que l’on peut voir sur la place vient peut-être de ces thermes romains. Wuilleumier Pierre, Aix-les-Bains à l’époque romaine, In: Les Études rhodaniennes. Vol. 15 n°1-3, 1939. pp. 299-302 dans persée le portail de revue en sciences humaines et sociales.

L’abbaye de Hautecombe (Saint-Pierre de Curtille) n’est accessible que par une route en impasse ; seule la visite minutée de l’abbatiale est possible avec audio guide (3€). Nous accédons à la terrasse sur le lac depuis le parc extérieur.

Créée au début de l’année 1101, elle est prospère durant plusieurs siècles. Du XVè au XVIIè elle tombe en ruines petit à petit, les abbés commendataires ne résidant pas sur place et préférant jouir immédiatement des revenus de l’abbaye. Pillée pendant la révolution, elle est restaurée au XIXè par le roi de Sardaigne. Les moines cisterciens reviennent en 1826, les bénédictins de l’abbaye Sainte-Madeleine de Marseille en 1922. En 1992 les moines rejoignent Ganagobie en Haute Provence et la communauté  du Chemin Neuf prend la relève.

Elle [l’abbaye royale de Hautecombe] est connue pour être la nécropole de la Maison de Savoie (comtes de Savoie, leur famille, et quelques membres de la famille ducale de Savoie) puis de quelques-uns des rois et reines d’Italie. ndlr : le dernier roi d’Italie Humbert II de Savoie et son épouse Marie-José y sont inhumés, respectivement en 1983 et 2001
Continuer la lecture de « Tour des Bauges J2 : Aix-les-Bains et l’abbaye de Hautecombe »