*** De Fondettes à Luynes : parcours champêtre et patrimoine

Sur une idée de sentiers pédestres de la ville de Fondettes, j’ai prévu une variante permettant de visiter le patrimoine de Luynes. La Touraine ne présentant pas vraiment de difficulté, j’ai ajouté quelques kilomètres au parcours balisé de jaune sur le terrain (en bleu sur la carte). Parking le long de la rue de l’Aubrière où se trouve la Maison de l’Aubrière. Le parcours se fait sur routes, peu fréquentées la plupart du temps, entre les champs et en ville : il y a régulièrement quelque chose à découvrir.

Maison AubrièreA l’origine, closerie1 [du XVIè] appartenant au sieur Aubry qui lui a donné son nom, Aubrière signifiant “Le domaine d’Aubry”. Un procès-verbal d’état des lieux, datant de 1698, décrit cette maison de style tourangeau. Propriété de l’ancienne maison de santé, elle fut rachetée en 1973 par la commune de Fondettes, restaurée en 1985 pour y abriter des associations et l’école de musique.

Statue de Saint-JosephVitrailPeinture : Saint-MichelSur la carte IGN, une croix rose au carrefour annonce un élément de patrimoine digne d’être visité ; je commence donc par l’église Saint-Symphorien à l’entrée de laquelle je trouve un dépliant explicatif. Datée du XIIè siècle, sa dernière travée et la sacristie sont plus récentes. Les vitraux sont réalisés par les ateliers Lobin, famille de grands maîtres verriers tourangeaux.  Sur chacun d’eux la Vierge Marie : la présentation de Marie au temple, l’annonciation, la naissance de Jésus, etc.
L’autel a été offert par un duc d’Espagne, propriétaire de Chatigny – nous allons y passer tout à l’heure – en remerciement de la guérison de sa compagne.

Chemin en bordure de champLes piliers de l'aqueducA la Morandière, le sentier côtoie un champ d’un côté et un quartier résidentiel de l’autre. Traversée de Tréché jusqu’à Mazières, ancien site gallo-romain. Après un sympathique chemin à découvert dans les champs, je coupe la route qui pourrait m’amener, par un détour, au pied des ruines de l’aqueduc romain. A une autre occasion, j’en ai découvert les ruines parfois réutilisées par les habitants. Au zoom l'aqueducD’ici, vous ne verrez au loin que quelques piliers isolés et le tronçon supportant le canal. Contrairement à ce que l’on pourrait croire, il n’alimentait pas la ville de Tours mais la cité de Malliacum.

L’aqueduc Gallo Romain de Luynes s’étendait à l’origine sur 1.825km environ avec une pente relativement forte ; sur les 90 piles, il n’en reste que 44 dont 9 seulement avec leur arc en plein cintre. Son mode de construction le daterait du IIIè ou IVè siècle. Il se terminait dans un réservoir du jardin du prieuré de Saint-Venant. L’aqueduc gallo-romain de Luynes et la cité antique de Malliacum, M. LaurencinIn: Revue archéologique du Centre. Tome 6, fascicule 3, 1967. pp. 195-204

GrottesMur d'enceinteAprès un long passage entre deux champs, j’arrive aux abords des premières grottes de Luynes par une piste de terre : c’est là que commence la variante vers Luynes ; si vous ne voulez pas la faire, tournez à gauche vers la Coquerie. Presque toute la rue Saint-Venant se compose de grottes habitées ou occupées en rez-de-chaussée par un garage ou une remise. La rue monte vers le prieuré Le PrieuréLa chapelle du Prieuré Saint-VenantSaint-Venant précédé d’un mur antique puis d’un mur d’enceinte avec contreforts. Le Prieuré accueille désormais des chambres d’hôtes de charme. Sa chapelle, dont le début de construction remonte au XIè siècle, est en cours de restauration. Pour en faire une photo, contournez la propriété puis revenez sur vos pas pour descendre en direction du château.

Les HallesAncienne échoppeFaçade xvèComme il n’y a pas d’accès au château par l’avenue du château à l’est, je rejoins le centre du village par la rue de l’aqueduc ; je découvre d’abord les halles imposantes (XVè) puis la  façade de l’échoppe encadrée de deux statues de bois encore en bon état (XVIè) ; en route vers le parc du château, je peux saisir deux vues du Le château depuis la rue Sourdechâteau de Luynes en contre-plongée : une belle demeure élégante qui accueillit autrefois des hôtes prestigieux tels que les rois Louis XI et Louis XIII ; Allée principale du château de Luynesprivé, ouvert depuis peu aux visites guidées, je me pointe à l’accueil, à la mauvaise heure malheureusement, et ne peut rester. Au loin, dans le parc se devine Notre-Dame de Maillé. Ouverture du 29 mars au 1er week-end de septembre, de 10h à 12h30 et de 14h à 18h. Je reprends la longue allée en sens inverse et continue ma balade.

Le parc le long de la grande BoiseMaison troglodytique route de GanayRue Sourde, traversée de la D76 pour rejoindre le parc le long de la Grande Boise ; des jardins fleuris, une longue piste où les VTTistes se régalent ; beaucoup de monde en ce dimanche ensoleillé. Au lieu-dit le chêne Vert, vous pouvez reprendre le circuit prévu vers la Coquerie ou emprunter la route du côté droit : vous partagerez alors une piste avec les vélos, ce fut mon choix. Sur votre gauche, des dizaines de grottes habitées rivalisent d’ingéniosité pour occuper l’espace dont une petite maison accessible par un escalier depuis le haut de la falaise.

Chateau de ChatignyLa façade en damier du château de Châtigny attire l’oeil ; édifié en 1487 sur les restes d’une villa gallo-romaine, il a été la propriété successive de plusieurs maires de Tours aux xvè et xviè siècles, dont Jacques de Beaune. Laissé à l’abandon au xviiiè siècle, il faillit être rasé tellement sont état de délabrement était avancé. Restauré entièrement en 1855 par le Duc d’Ulceda et d’Escalona, le château a pris une nouvelle allure […]. Les ruines romaines, le parc et les abords du château sont ouverts à la visite 40 jours par an en juillet, août, septembre. Extrait de wikipedia

Chapelle de la ChevaletteLes ânes route de Port FoucaultEn face du château, la route mène à Port-Foucault ; dans un pré, deux ânes quémandent à manger tandis qu’une petite chèvre mal en point tremble sans bouger. Après Barcelone, je rejoins le carrefour de la chapelle de la Chevalette, chapelle qui a fait l’objet récemment d’un jeu sur l’antenne de France Bleu Touraine, consistant à identifier un site tourangeau. En fin d’émission, Jean-Paul Pineau évoqua l’association Fundeta et révéla quelques anecdotes sur l’édifice religieux qui conserve une statue de la Vierge datée du 13è siècle qui aurait été découverte dans une souche d’arbre. Il lui est attribué de nombreux miracles… ou de nombreuses légendes. Association fundeta

Probablement ravagée pendant les guerres de Religion, la chapelle a été rebâtie à Vallières en 1608. Agrandie en 1714, elle a été confisquée pendant la Révolution et vendue comme bien national en 1795.[…] La vénération et la confiance à Notre Dame de la Chevalette a attiré de nombreux pèlerinages au cours des siècles. On lui attribuait […] le pouvoir de diviser la foudre pour que celle-ci ne tombe pas sur le fief. Une grand messe vénérant la Vierge y est célébrée tous les ans, le premier dimanche de septembre.

le sentier au départ de la chapelle de la ChevaletteFleurs de fèvesBassin de poissonsLe sentier en sous-bois démarre juste après la chapelle ; puis à nouveau un parcours entre des champs cultivés ; les tiges des plantes de droite portent de jolies petites fleurs blanches avec des ailes largement tachées de noir qui pourraient servir de culture ornementale mais il s’agit probablement de fèves ; après le bassin et ses gros poissons noirs, la longue rue des Cossons grimpe et contourne le quartier résidentiel de Val Joli puis rejoint la rue de la Bruzette ; au bout, apparaît l’église Saint-Symphorien ; la boucle est bouclée.

L’environnement n’est pas totalement dans la nature mais j’ai pris grand plaisir aux changements de décors qui se succèdent, et à la connaissance du patrimoine tourangeau.

LuynesFondettes_traceR_panoImage de l’itinéraire avec variante : 16km900, 53m dénivelée (+314 -314), 4h15

Itinéraire de la ville de Fondettes 9km700, 53m dénivelée (+133, -133), 2h30

1Closerie : Petit clos comprenant une maison d’habitation.

Ce contenu a été publié dans * 37 Indre et Loire, Rando familiale, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

1 réponse à *** De Fondettes à Luynes : parcours champêtre et patrimoine

  1. fouchepate dit :

    voilà qui nous change de la Provence; de beaux paysages, de la verdure et peu de difficulté: merci pour le partage.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *