Tour des monts d’Aubrac J3 : de la Chaldette à Termes

J3 : de notre randonnée en liberté dans l’Aubrac. De la Chaldette à Fournels, ce sera en taxi pour ménager mon compagnon de route qui a eu un malaise lors de la première journée, Saint-Urcize-La Chaldette. Nous avons donc raté le rocher de Cheylaret (ancien volcan), le bois, Chauchailles et Chauchaillettes, Boutan, la ferme de Volpilières, Saint-Juéry, le hameau de Mazel, celui de Courbepeyre. Vous trouverez sûrement sur internet des descriptions de cette partie.

M. Peret, notre chauffeur de taxi, très sympathique, discute volontiers avec nous ; quand il nous parle de son rôle dans le documentaire ‘La dernière saison’, portrait paysan (2008), j’avoue un peu de scepticisme et je vérifierai ; ce rôle d’acteur est tout compte fait compatible avec cet homme qui mène avec facilité plusieurs métiers : celui de chauffeur de taxi, agriculteur, éleveur, chauffeur de car. Il nous dépose sur la place près de l’église romane qui possède un clocher à peigne, comme presque toutes celles que nous rencontrerons en chemin.

Synopsis du film : Seul et sans descendance, Jean vit sur un plateau lunaire du sud de l’Auvergne, entouré de quelques vaches. L’œil toujours vif et rieur malgré la fatigue de ses presque 70 ans, il est confronté au tourment de la succession. Comment partir, quand on reste ? Extrait du film (attendre la fin de la publicité, notre chauffeur de taxi à gauche !).

De Fournels à Termes, ce sera à pied sur le parcours prévu par Grand Angle. Le château de Fournels, en granit sur trois niveaux, agrandi et remanié au 17è et 18è (le château d’origine date de 1338), appartenait récemment encore aux Brion, descendants du baron d’Apcher ; la communauté de communes des Hautes Terres l’a acheté en 2010. Il domine la Bédaule, affluent du Bès ; au sud du château, des potagers en terrasse ; au Nord des espaces boisés et terres agricoles ; une double terrasse au milieu de grands arbres, trois grandes tours, quatre cheminées de la même hauteur parachèvent sa grandeur. Le portail de la cour d’honneur, la transformation des écuries en ferme et la construction des communs dans les cours basses datent du XIXè siècle. Le Château de Fournels et son parc sont classés parmi les sites de caractère historique et pittoresque du département de la Lozère. Inscription MH depuis le 18/05/1961.

Nous quittons le village par le chemin du Moulin qui mène à Prunierette, hameau constitué par une habitation devant laquelle nous prendrons notre pique-nique ; nous entrons rapidement dans une zone de bois et de pâturages. Sur un chardon une feuille morte comme suspendue attire mon regard. Que fait-elle là en cette saison ? alors que je m’approche pour l’enlever de ma prochaine photo, je comprends qu’il s’agit d’un papillon imitant parfaitement une feuille. Ailes découpées, petit œil blanc au dos des ailes, il trompe, ce robert-le-diable qui aime l’ortie, le houblon et l’orme. Il vit au niveau des clairières et des lisières forestières riches en arbustes.

Derrière la haie de chardons, les vaches de la race d’Aubrac ruminent, regardant toutes dans le même sens. Race ancienne, elle s’accommode de maigres pacages si nécessaire ; de couleur blond fumé,  cornes harmonieuses (quand elles en ont !), elle a les plus grands et les plus beaux yeux du monde ! longtemps en régression, la race reconquiert peu à peu les territoires perdus.

A la fin de sa floraison l’épilobe en épi encore appelée laurier de saint-Antoine, produit des graines qui sont dans de la soie, pour mieux voler et coloniser de nouveaux endroits. Un bien joli spectacle pour les yeux.

Nous arrivons en vue du village de Termes. Après avoir déposé nos bagages à l’Hôtel le Verdy, nous partons à la découverte du village construit en hauteur ; en haut de la colline, l’église Saint-Magne (évêque et martyr d’Avignon), bien que fortement remaniée au cours des siècles, a fière allure et protège les 15 hameaux du village. A l’intérieur des décors peints ont été retrouvés sous les badigeons du XIXè.

Honneur au conseil municipal ; l’arbre de mai porte fièrement le blason de la commune et le nom de tous les conseillers municipaux. Dans certaines régions la coutume de planter un arbre de mai en l’honneur des élus locaux est très vivace. On le décore de drapeaux, rubans, d’une pancarte portant l’inscription « Honneur à nos élus». On dresse l’arbre sur la place du village ou devant la maison de l’élu qui, en remerciement, doit régaler généreusement ses électeurs. Selon wikipedia.

La couronne, par sa forme circulaire, symbolise une année, c’est-à-dire les quatre saisons s’incarnant dans l’éternel retour du cycle de la vie. Benoit et moi

Comme dans d’autres villages, le ferradou (métier à ferrer ou travail à ferrer) témoigne du travail des bœufs autrefois. Deux détails techniques encore visibles aujourd’hui : le système de treuil auquel était accroché les sangles (photo de gauche) pour soulever l’animal et le joug à l’avant (photo de droite) pour lui bloquer la tête. Vivre la terre : Jean et Marie-Louise paysans, Daniel Brugès, De Borée, oct. 2006

Le lendemain, j’ai prévu de partir avant l’heure prévue du petit déjeuner afin de faire tout le circuit et que mon ami puisse me rejoindre à mi-distance en taxi ; le soir, au diner, je demande donc s’il est possible de mettre à ma disposition du pain et de la confiture ;  le serveuse me rétorque de manière sèche et impolie « pour qui ils se prennent, ces randonneurs, ils en veulent toujours plus ! ». Quand elle revient avec le plat suivant, et croyant lui faciliter la tâche, je lui propose de prélever deux morceaux de pain  dans la corbeille du diner. Elle ne répond pas ; quand elle revient, contrainte et forcée, elle m’autorise à prendre du pain, pain sec bien sûr. A défaut d’un accueil cordial, rendons hommage à la pierrade du chef, excellente et originale.

Le comble de l’accueil viendra du cuisinier que nous sollicitons après le repas pour nous confectionner des sandwiches pour le lendemain midi. Ce sera ‘non’ tout simplement : « depuis que Grand Angle a supprimé la fourniture systématique des pique-niques, je n’achète plus de pain pour cela » ; il ajoute qu’en plus, c’est trop tard, et qu’il y a de toutes façons des villages en chemin où il est possible de se restaurer. Ce sera le seul hébergement où nous ne sommes pas sentis accueillis ; aurions-nous payé pour de nombreux abus avant notre passage ?

Itinéraire 26km800, 268m dénivelée, 6h30 déplacement

(le roadbook remis par Grand Angle n’évalue cet itinéraire qu’à 23km)

Ce contenu a été publié dans * 48 Lozère, Rando liberté, Rando sportive, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

1 réponse à Tour des monts d’Aubrac J3 : de la Chaldette à Termes

  1. jlombier dit :

    Bonjour,

    Je voulais juste partager avec vous une région des très belles randonnées, la Seine-Maritime.
    Sur le site de l’office de tourisme vous découvrez le détaille des différents itinéraires:
    http://www.seine-maritime-tourisme.com/

    J’y suis partie le week-end dernier… magnifique !! Je vous recommande vivement d’aller juger par vous même.

    À bientôt 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *