Sernhac, l’aqueduc de Nîmes et les Romains

img_3142.JPGimg_3143r.JPGLe site romain de Sernhac où nous emmène Buckfast, grand geocacheur gardois (si vous ne connaissez pas cette activité, voir dans le blog randomania PACA Chasse au trésor au barrage Zola), ne ressemble pas au pont du Gard, merveille classée et visitée par des milliers de touristes. C’est un endroit perdu dans la campagne où de modestes vestiges autorisent cependant une découverte passionnante et dans le calme. En cheminant au dessus de la falaise non loin de la cache des tunnels de Sernhac, nous tombons sur un des puits creusés depuis la surface jusqu’au niveau du canal ; autrefois recouvert d’une dalle, il permettait aux ouvriers d’accéder au tunnel ; il était relié aux autres puits par des galeries horizontales dans lesquelles était ensuite construit le canal. Et il fallait que les deux galeries se rejoignent !

La météo aujourd’hui à cet endroit :
Avec la température ressentie et le vent

img_3138r.JPGOn peut examiner, sur l’aqueduc de Nîmes, le cas des deux galeries de la Perrotte et des Cantarelles creusées dans la molasse tendre de part et d’autre du vallon des Escaunes à Sernhac. Longues de 65,50 et 59,30m, elles mesurent environ 2 m de large sur 3 m de haut, ce qui offrait la possibilité d’y construire le specus1. L’observation des traces laissées par les outils permet de reconstituer l’opération de creusement […] réalisée à partir des deux extrémités et depuis des puits d’extraction. Une première galerie «de pilotage» était ouverte selon un tracé qui présentait l’avantage d’assurer la rencontre de deux équipes travaillant l’une vers l’autre, à partir du moment où les deux galeries étaient creusées au même niveau. On ouvrait ensuite la galerie définitive. […] J.-C. Bessac a évalué le temps nécessaire […] à un peu plus de deux mois pour 130 m de galerie avec 14 équipes de 2 mineurs assistés d’une quinzaine de manœuvres chargés de l’évacuation des déblais… En un peu plus six mois supplémentaires (185 jours), les mêmes équipes ont pu […] ouvrir 400 m de tunnel sous la garrigue de Sernhac. L’archéologie des aqueducs romains, ou les aqueducs romains entre projet et usage, Philippe Leveau, 2004

Nous traversons de part en part le tunnel des Cantarelles (à l’ouest), près des anciennes carrières ; si on peut y repérer encore quelques traces de coups de pioche ou d’ancrages pour les lampes à huile, on ne peut y trouver de restes de radier2 ou de dépôt calcaire ; perrotte.jpgles ouvriers y travaillaient jusqu’à extinction de leur lampe, c’est à dire entre 10 et 11h par jour. Ce tunnel, bien fléché, est plus facile à trouver que celui de la Perrotte (à droite du parking), que vous voyez sur la photo de droite, extraite du site Le pont du Gard et l’aqueduc de Nimes – guide pratique complet de visite http://www.interlog.fr/candi/PdG/presentation.html.

sernhac-tunnels-sud.jpgL’aqueduc chemine à fleur de terre. La sortie se prolonge encore sur un à deux kilomètres : nous le retrouvons au bord de la voie ferrée, au sud de Sernhac. Nous n’avons pas eu le temps de le chercher mais il est sur la photo de gauche (auteur : Buckfast) :  à droite l’aqueduc, à gauche le canal de drainage de l’étang de Clausone devenu aujourd’hui un immense potager.

Et pour ceux qui s’intéresseraient à l’histoire, Buckfast a placé une série de 7 caches le long des vestiges de l’aqueduc romain, entre sa source et son arrivée à Nîmes. Un autre jeu de chasse au trésor -sans GPS, sur la piste des cistes, a fait de même.

Il est possible également de partir de Saint-Bonnet en empruntant le GR6.

Télécharger un exemple d’itinéraire romain à Sernhac 7km A/R, dénivelé 47m, 1h40 environ

blsqr05.gif

1specus : cave ou caverne ; par suite, on transporta ce mot au canal sombre et couvert qui servait à conduire l’eau dans un aqueduc. dictionnaire des antiquités romaines et grecques, Anthony Rich, 3e ed. 1883
2radier : partie horizontale du canal

La source de la Marnade à Montclus dans le Gard Provençal

img_3239.jpgold-entry.JPGQui pourrait penser en voyant ce « trou », cette vasque d’eau, qu’un plongeur puisse y pénétrer avec tout attirail ? qui pourrait penser que cette rivière souterraine n’a toujours pas révélé tous ses secrets ? elle est toujours en cours d’exploration par des équipes internationales de plongée. En 1955, les premiers plongeurs découvrent le syphon 1 en passant par une entrée étroite dans le vieux mur (photo de droite du site Deep Cave Diving Explorations). 30 ans après, en 1985, ils arrivent au 3ème syphon à 70m de profondeur ; « c’est une équipe de Gardois motivés qui entreprend, en septembre 1994, d’ouvrir une vasque (photo de gauche) dans le cours aérien de la rivière. Suite à un considérable travail de désobstruction, qui soulage du transport du matériel dans la grotte, le cavité est accessible aisément et l’organisation d’expéditions lourdes devient envisageable » (site plongéesout.com). En 2006, ils atteignent une profondeur de -141m, plus profond que le Ragas et ont parcouru plus de 1,400km de rivière souterraine.

La météo aujourd’hui à cet endroit :
Avec la température ressentie

marnade-pont.jpgmarnade-inondation-automne-2002.jpgLa cavité porte le nom d’une ancienne bergerie et de son moulin. Origine du mot marnade : qui naît de l’auge à huile (marno : auge de moulin à huile, nado : né). Nous traversons un pont étroit sur la Cèze, sorte de gué sans protection qu’il vaut mieux emprunter sans avoir bu ! Ensuite, une route étroite, sinueuse et en mauvais état, longe la Céze sur plusieurs kilomètres, contournant totalement le village. On se demande où l’où va débarquer. En 2002, lors des indondations, l’accès par cette route était impraticable et la source débordait (photos extraites du site Deep Cave Diving Explorations). Nous nous garons à côté d’une barrière. A l’initiative du propriétaire, le chemin d’accès à la source de Marnade est fermé par une barrière, afin de protéger les cultures, une ancienne vigne colonisée par les acacias. Les plongeurs-spéléo locaux ont négocié avec lui afin qu’elle ne soit pas fermée à clé : ainsi les plongeurs, et les visiteurs, peuvent avancer leur véhicule au plus près de la résurgence. N’oubliez pas de refermer la barrière après votre passage et de respecter scrupuleusement les cultures. « Le talweg1 encaissé, bordé d’une murette en rive gauche, débute sous une barre rocheuse. Par un modeste orifice, un boyau conduit au ressaut dominant la vasque qui fut un passage redouté mais obligé jusqu’en 1994. » On s’y sent enfermé.

img_3241.JPGDes lianes enlaçant un arbre, me font penser à celles de la forêt guyanaise qui ont adopté un mode de croissance économique ; leur axe principal étant une structure légère, elles utilisent les arbres comme appui pour s’élever vers la lumière. …elles ont donc résolu le problème de quête de lumière en développant une caractéristique peu commune chez les plantes : la mobilité, verticalement mais surtout horizontalement dans le sous bois pour se positionner de façon stratégique dans la voûte forestière (voir photo ci-contre).

topo-geo-2003.JPGLes sources sont classées suivant les conditions hydrogéologiques qui déterminent leur situation, le type de nappe souterraine dont elles constituent un exutoire :

  • source artésienne ou jaillissante (issue d’une nappe captive) ;
  • source diaclasienne, source karstique dont l’eau ne provient pas d’une perte, mais de condensations et d’infiltrations cavernicoles ;
  • source vauclusienne (exutoire d’un conduit karstique ascendant subvertical) comme à Fontaine de Vaucluse ou au Ragas ;
  • résurgence, ou « source secondaire », retour en surface d’eau originaire, en tout ou partie, de pertes d’un ou plusieurs cours d’eau dans un aquifère karstique.

Je n’oublie que nous sommes venus pour le trou à Montclus, trésor placé par Buckfast. Il va falloir s’enfoncer dans les brouissailles et mon GPS n’aime pas ça. Heureusement, une photo indice m’aidera quelque peu.

chateau-montclus-1920.jpgDes fouilles archéologiques, à proximité de Montclus, datant de 1957 ont permis de mettre en évidence la présence de l’homme à Montclus depuis des temps immémoriaux. Le village médiéval existait avant le XIIIème siècle. Castrum Montecluso , telle est la forme latine contenue dans un document de 1275. Sa position sur une colline entourée de montagnes lui a valu son nom. En 1263 fut fondée à Montclus une abbaye au nom de Mons Serratus. Il reste les vestiges d’un ancien monastère bénédictin troglodytique (vaste salle creusée dans le roc) au lieu-dit «Les Baumes» qui servit plus tard de chapelle aux Templiers (XIIème et XIIIème siècles). En 1275 fut construit un château dont il reste le donjon carré d’une grande hauteur. (Extrait du site officiel de Montclus)

*Télécharger l’tinéraire de 5,600km aller vers la Marnade depuis le village.

blsqr05.gif

1Thalweg : ligne reliant les points les plus bas du lit d’un cours d’eau ou d’une vallée