Tour des monts d’Aubrac J4 : de Termes à Aumont-Aubrac

Je pars tôt sur la variante du GR de Pays Tour des Monts d’Aubrac qui relie Termes à Aumont-Aubrac ; mon compagnon de route doit me rejoindre en taxi à mi-chemin (avec M. Péret, chauffeur de taxi et acteur à l’occasion : voir J3 dans ce blog).

Le soleil n’est pas encore levé ; dans cet environnement silencieux et sombre, le brouillard a effacé les pâturages ; seules les vaches que je ne peux distinguer, meuglent de concert dans un cri sonore qui résonne longuement ; un autre troupeau leur répond. De quoi impressionner ; avec une douzaine de vocalisations différentes pour exprimer la souffrance, la faim, la tristesse, la peur, l’appel du ou de la mère, que signifie celle-ci ? Leur longue période de rumination et de repos s’est terminée à l’aube : une partie du troupeau s’est-il perdu et, affolé, a meuglé puissamment ? Etude éthologique des troupeaux de bovins charolais dans la réserve naturelle nationale du val d’Allier, Direction régionale de l’environnement, 2004.

Comme lors des étapes précédentes, je rencontre un mazuc1 et des croix de chemin : une croix à la sortie de Termes puis une seconde à un carrefour de pistes, la croix de Chébassade sur un piédestal à degrés.  Croix des morts, croix de rancs, croix de mission, croix des pèlerins, croix de cimetière, croix de justice, elles sont nombreuses dans la région : par exemple 7 à Nasbinals, 6 à Recoules d’Aubrac (selon J. Bauduin).

Le massif du Truc de l’Homme aménagé par six communes, est annoncé par un grand panneau à l’entrée du massif ; des trucs, il y en a partout, cela désigne  une montagne arrondie dans l’Aubrac ; même si elle n’est pas impressionnante, elle a fait l’objet de controverses entre une association écologique et le promoteur ALSTOM Ecotecnia qui veut y installer 7 éoliennes dans une première phase : permis de construire délivré le 4 avril 2005, contesté par l’Association pour la Promotion économique et le développement durable du Plateau de l’Aubrac et annulé ; en appel, le promoteur a gagné ; recours devant le Conseil d’Etat en décembre 2010 ; en juillet 2012, j’ai bien cru comprendre que les éoliennes seraient construites…

Au carrefour de la Croix de Chébassade, je continue vers le sud est à travers le bois de la Guerre jusqu’au hameau de Salèles. A la sortie du village, un pâturage en pente accueille un troupeau de vaches peu incommodées par la pluie qui commence à tomber.

Arrivée à Fau de Peyre où nous avons rendez-vous, je me sèche et me désaltère avec un café en attendant l’arrivée d’André que M. Péret doit déposer en taxi. Je commande nos deux sandwichs, nous buvons un café au bar-restaurant et en route ! Entourée du cimetière, l’église romane du XIIIè déjà citée en 1109, porte un magnifique clocher à peigne, typique de l’art roman dans la région ; un escalier de pierre permet de l’atteindre.

La RimeizeMoulin GraniboulesNous franchissons le ruisseau du Fau puis atteignons Vareilles ; après la descente vers la rafraîchissante Rimeize, nous la longeons rive gauche, en passant devant un gite, un des anciens moulins de Graniboules construit en 1902 et entièrement rénové en 1986 ; à l’entrée du hameau de Chambon, nous franchissons la Rimeize. Dans le hameau de Nozières, j’admire le mur de pierre sèche qui cache deux gites situés dans d’anciens bâtiments agricoles ; sur la route des Crozes, nous terminons la dernière partie sur route (1km500).

Sous le passage de l’autoroute la Méridienne, nous attend une montée raide qui nous obligera à faire une pause en haut de la côte. Deux VTTistes souffrent autant que nous. Après quelques déambulations et interrogations des villageois, nous déposons nos bagages à l’hôtel Prunières où nous sommes bien accueillis. Après quelque temps de repos, nous passons par l’office du tourisme (situé dans un ancien prieuré) pour nous renseigner sur ce qu’il faut visiter.

Aumont-Aubrac, classé village étape :

  • La statue de la Bête du Gévaudan trône fièrement au milieu de la place : cette bête amatrice de chair fraîche, apparut la première fois en 1764. Les prières publiques ordonnées par l’évêque de Mende ne parvenant pas à venir à bout de l’animal, il fut considéré comme l’instrument de la colère divine. Ce n’est qu’en 1767 qu’un paysan abattit vraisemblablement un loup qui avait dévoré une cinquantaine de personnes. On sait aujourd’hui grâce aux chercheurs du Muséum d’histoire Naturelle de Paris que la bête du Gévaudan est un hybride entre un loup et un gros chien, probablement un chien mâtin.
    La probable vérité : le paysan qui l’a abattu, Jean Chastel, a domestiqué un animal issu d’un accouplement entre un loup et un chien. Il a dressé cet animal à attaquer l’homme en sacrifiant à l’animal jeune, des proies faciles comme des enfants. Le meurtre de la fillette avec qui Chastel était ami, n’était pas prévu. Peu après, il sombre dans le mysticisme. Voir la bête du Gévaudan dans dinosoria.com
  • L’église Saint-Etienne abrite dans une niche à l’extérieur la croix de l’Oustalet : le Christ, la Vierge, la coquille Saint-Jacques ou le bénitier ; à l’arrière les attributs du pèlerin (le bâton de pèlerin et la gourde)

  • La pierre mystérieuse trouvée dans le soubassement des murailles, enchâssée dans une maison, serait un témoin de décor celtique.

    Inspirée de la croix gammée et de même nature prophylactique que la rouelle, elle pourrait avoir servi de croix anté-fixe2 au pignon de l’église. Le symbole […] rappelle l’importance du culte solaire chez les Gabales. Croix du Gévaudan, Jacques Baudoin, Editions Créer, 2004

    Ce svastika sacré sculpté sur un mur en Gévaudan aurait le même graphisme que celui d’un autel païen dans l’abbaye de Léoncel dans la Drôme. Selon racines et traditions en pays d’EuropeChristian MandonLes origines de l’Arbre de Mai dans la cosmogonie runique des Atlantes boréens
    D’autres pensent à un décor mérovingien représentant le monogramme du Christ.

  • Truc de Fabre : une imposante statue du Christ-Roi sur les hauteurs d’Aumont-Aubrac

Aumont-Aubrac (à l’origine haut mont au croisement de la Via Agrippa et de la voie narbonnaise) offre une bien agréable balade dans ses ruelles médiévales et tout ce qu’il faut pour le voyageur de passage.

19km200, 260m dénivelée (+632m cumulées), 5h05 déplacement (6h20 au total)

[geoportail territory= »FXX » lat= »44.74807″ lon= »3.22219″ z= »12″ w= »400″ h= »550″ type= »normal »  gpx_array= »http://www.randomania.fr/wp-content/uploads/2012/11/J4.gpx,J4″ layers_array= »map|on|1″ /]

1mazuc : dans l’Aubrac, nom de huttes construites avec de fortes perches de hêtres recouvertes de mottes de terre ou de gazon, huttes où l’on préparait le beurre et le fromage ; synonyme de buron
2un motif placé sur les toits ou corniches d’un édifice à l’extrémité d’une rangée de tuiles ou d’une partie saillante d’une toiture

Ce contenu a été publié dans * 48 Lozère, Rando liberté, Rando sportive, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *