*** Le tour du lac de Monteynard par les passerelles himalayennes

Cette randonnée du tour du lac de Monteynard (Trièves, Isère, à 40mn de Grenoble et 2h de Sisteron) a été faite à l’occasion de la rencontre Alp’en fête 4 organisée par les Geocacheurs de Provence et de Partout. Tout en montées et descentes, dont certaines raides et glissantes, elle passe au dessus de deux longues passerelles métalliques réservées aux piétons et VTTistes. Un petit goût d’aventures, en particulier parce qu’il y a toujours du vent, du monde et que ça bouge ! Du fait qu’ils soient uniquement accessibles en bateau, les bords du lac sont restés très sauvages.

Album de mes photos sur google +

ticket pour la traversée du lacJ’ai réservé le bateau la Mira à 10h au départ de l’embarcadère de Treffort, presque en face du camping de la plage où je suis installée pour trois nuits (traversée d’une demie heure, 5€ en 2016). Le ciel est couvert, avec un léger vent pratiquement toujours présent. Le pilote, de sa voix posée et quelque peu envoûtante, devise sur le lac de Monteynard-Avignonet, sa construction, son niveau d’eau qui varie considérablement tout au long de l’année, ses secrets… Je sais maintenant pourquoi il y a si peu d’oiseaux sur ce lac : les oiseaux ne peuvent nicher sur ses berges à cause de la montée imprévisible de l’eau ; les poissons sont sans doute bien plus nombreux.
Le capitaine raconte l’histoire du village de Savel, disparu en 1962 à la suite de la montée des eaux mais déjà vidé de ses habitants.

Quand les eaux sont basses, on peut apercevoir des cèpes de vignes non arrachés des cultures de l’époque

Je descends de la Mira sur le bord opposé du lac, à l’embarcadère de Mayres-Savel. GPS au cou et lunettes de soleil sur le nez, je me dirige vers la première cache, devant laquelle plusieurs personnes sont déjà en chasse ; nous décidons de constituer l’équipe NiCro€, association de nicoulina, Cro-magnonne et V!NC€.

sentier près de la plagemont AiguilleNous longeons le bord du lac, sur un petit sentier à plat : bonne mise en jambe. Rapidement, le lac fait place au Drac dont le lit s’est élargi avec le lac de barrage. Au loin la citadelle calcaire du mont Aiguille sur la falaise orientale du Vercors, a été laissée là par l’érosion. Henri Giraud (vidéo YouTube) réussit à atterrir avec son avion sur cette plate-forme de 80 m sur 20 m, en août 1957.

GC6HEQ5 Le banc [Alp4], spgeo

A l’entrée du sentier de découverte, un panneau nous rappelle ce qu’a dit notre capitaine : on peut voir en contre-bas d’anciens pieds de vigne du temps où les habitants de Savel vivaient de l’agriculture et de la vigne ; ils fabriquaient un vin rouge ou blanc léger qu’ils vendaient aux communes avoisinantes.

campanule carillonPasserelle sur le Drac : on arrive !Notre sentier bientôt s’éloigne de la seule route qui mène à la base de loisirs et que l’on a atteint plus rapidement par le bateau qu’en voiture ; il dessine de grosses bosses et monte régulièrement jusqu’à la passerelle himalayenne sur le Drac que nous devinons au loin au dessus du Drac. Les fleurs de cette campanule carillon sur une tige robuste, sont les plus grandes de la famille Campanula. Au détour d’un virage la passerelle disparaît pour réapparaître bientôt face à nous.

Continuer la lecture

Publié dans * 38 Isère, En voiture, bateau ou train, et à pied, Geocaching et jeux, Rando sportive | Marqué avec , , | Laisser un commentaire

Le dolmen de la Grotte aux Fées

Insolite un dolmen en Touraine ! il est probable qu’on en trouve dans la toute France mais dans cette région, je n’en ai pas encore découvert. Je prépare donc une randonnée au départ du plan d’eau (pas de baignade) à l’entrée de Mettray sur la D959, inspirée du parcours de grandin sur visorando.

Plan d'eau de Mettraypont sur la ChoisilleJ’ai fait le tour du plan d’eau avec grand plaisir tant c’est un lieu paisible malgré la circulation automobile toute proche. Un petit pont de bois enjambe la Choisille puis un autre en béton traverse un de ses bras. La route peu fréquentée traverse une zone de verdure ; un accès piéton sur la gauche permet de marcher sans risque. La voie piétonne en bordure de routeLe calvaire au carrefourJe passe devant le centre de cure, devant le terrain de sport, la Motte ; je coupe la D76 au calvaire et passe devant le moulin neuf ; bientôt sur la gauche, le sentier s’éloigne en longeant la route jusqu’à un petit jardin public à Mettray ; je repasse sur un pont au-dessus de la Choisille, Portail église MettrayMoulin neufdébouche sur la route, me place face à l’église le temps d’une photo, puis prends la direction du hameau de Villiers.

La Choisille à Villiersmoulin de villiersLà se trouve le moulin de Villiers, avec quelques traces d’aménagements hydrauliques. Aménagement hydaulique au moulin de VilliersAu fil des reconstructions successives sans doute, il s’est appelé le Moulin Vieil (1749) ou le moulin neuf (1812). Les quatre bras de la Choisille y occupent le lit majeur, inondant les prairies de Villiers classées en espace naturel sensible. Les bois puis les champs prennent la relève des résidences.

Le château de la Cornillère se cache derrière ses grands arbres. Une longue montée sans trottoir m’amène au Fouassé ; un chemin herbeux s’enfonce dans les champs en direction du Moulin de Réchaussé ; le sentier vers le Moulin de Réchausséarbres abattus sur le sentierdes arbres sont tombés en travers du chemin qui devient de plus en plus détrempé ; j’ai suivi les traces de sabots de chevaux mais n’ai pas trouvé comment traverser le ruisseau ; j’ai donc fait demi-tour et trouvé un pont improvisé avec un pylône électrique équipé d’une rampe, tellement incliné que j’ai craint son manque de solidité ; pont improvisé (photo laurette37)mais un homme et son chien me garantissent qu’il n’y a pas de risque ; Le dolmenje le traverse, suit une piste mouillée sur la gauche et traverse à gué le ruisseau ; une petite montée dans la terre m’amène dans un champ d’où je devine sous les arbres le mégalithe ; je suis le bord du champ (mais il est possible de suivre le chemin vers la droite pour revenir ensuite vers le dolmen) jusqu’au dolmen de la Grotte aux Fées.

Une pierre de couvertureIntérieur du dolmenErigé au néolithique (entre -8000 et -1800), il est de taille impressionnante 11 m de long, l’ensemble des pierres qui le composent pesant 88 tonnes ; parce qu’il est situé à la limite de la commune de Mettray, on l’appelle parfois dolmen de Mettray mais il est officiellement sur la commune de Saint-Antoine-du-Rocher. De forme rectangulaire, il est composé de sept dalles supports et de trois dalles de couverture. Plan du dolmenDes fouilles effectuées en 1910 ont permis de mettre au jour des lames de silex et des fragments de poteries de différentes couleurs. Il a servi de tombe à la famille de chefs de tribus. Jusqu’en 1989, on a retrouvé des traces de cérémonies druidiques qui avaient lieu afin de lutter contre la stérilité féminine.

Une jolie légende est attachée à ce dolmen : trois créatures féminines auraient bâti l’édifice en une nuit ; celui qui s’aviserait de le détruire ou d’en déplacer les pierres, mourrait dans l’année tandis que les fées les remettraient en place durant la nuit.

Passage le long des champsLe retour sur route sera relativement agréable jusqu’au terrain de sport de Mettray mais ensuite la circulation routière importante et l’absence de trottoir rendront le parcours dangereux. Après la traversée au passage à niveau automatique, la route mènera jusqu’au plan d’eau : un passage pédestre sur la gauche rejoint le parking sans qu’il soit obligé d’aller jusqu’à l’entrée.

Je vous propose une variante pour le retour afin d’éviter la circulation et les risques dus à l’absence de trottoir : rejoindre le bourg de Mettray, soit depuis le cimetière, soit depuis l’école (voir points sur la carte de l’itinéraire), puis redescendre par le même trajet qu’à l’aller.

Quel que soit le trajet retour, la découverte de ce grand dolmen classé monument historique vaut le déplacement… que ce soit à pied ou en voiture. Comme souvent en Touraine, il vous faudra en partie marcher sur de petites routes et traverser des lotissements.

grotte aux fees-2549841_panoImage de l’itinéraire 8km700, 39m dénivelée (+118, -118), 2h20

Publié dans * 37 Indre et Loire, Inédit, Rando familiale | Marqué avec , , | Laisser un commentaire

Moissac – Boudou sur le chemin de Compostelle

Levées plus tard que les pèlerins, nous étions seules à la table du petit déjeuner d’Ultreia ce dimanche ; De vraies chaussures de randodans le jardin, des chaussures de rando hors d’usage sont devenues d’originaux pots de fleurs ; sur la table de cuisine, un mot d’accueil posé en évidence invite les nouveaux arrivants à entrer ou chercher les propriétaires dans la maison du fond. Tout y est : thermos de café, d’eau chaude pour des dizaines de thé différents, lait, confitures, miel, fruits, yaourts, pain et croissants, biscuits,… ; nous savourons ce repas. Pour ne pas nous gêner avec le bruit, Aideen ira même jusqu’à interrompre le cycle de la machine à laver ; logées en chambre d’hôtes et non dans un dortoir, nous avons bénéficié d’une grande chambre bien chauffée avec coin salon équipé d’un canapé, et d’une salle de bain.

A partir de Moissac, deux parcours permettent de rejoindre Auvilar par le GR65, le chemin de Compostelle ; soit en longeant le canal latéral à la Garonne, soit en montant jusqu’au petit village de Boudou et accepter les 100 m de dénivelée ; les deux chemins se rejoignent à Malause. Ne l’ayant pas parcouru à pied en entier, vous trouverez sur les sites suivants quelques photos pour compléter : site rando-marcheblog de Annie Gerard

Église_Saint-Martin - photo wikipediaL’église Saint-Martin, même si elle n’est pas sur le chemin, mérite un détour  de 200 m ; toute rose de briques, elle se trouve sur un site antique qui a dû être un établissement des bains, une partie du chauffage par le sol datant du début du ive siècle.

Pour l’aménagement en église, la partie Est a été modifiée. L’église a pris le nom de Saint-Ansbert qu’elle a gardé jusqu’au xiiie siècle.
L’église est paroissiale depuis au moins le xie siècle. La chapelle Notre-Dame, côté sud, a été ajoutée à la fin du xve siècle. Elle a été décorée d’un ensemble de peintures représentant la vie du Christ. La totalité de la parcelle a été inscrite au titre des monuments historiques le pour protéger le balnéaire antique trouvé sous l’église. Selon wikipedia

Canal latéral à la GaronneLe parcours tranquille sur le chemin de halage au bord du canal est très fréquenté par les piétons, les cyclistes et les promeneurs ; sur la gauche le PR arrive des berges du Tarn, un groupe s’y est installé pour le pique-nique.
Ecluse Espagnette Ecluse EspagnetteA partir de l’écluse de l’Espagnette, la première écluse à partir de Moissac, au km 68 du canal, il faut traverser le canal, la voie de chemin de fer puis la route départementale pour gagner la montée de Larouette à l’aire de stationnement. Par les coteaux de Boudou (PR3) à travers vignes de chasselas et vergers, montées et descentes assez raides, le GR de pays Quercy Pays de Serre-GR65 arrive sur les crêtes à Boudou.

Le chasselas est le premier fruit frais à obtenir une appellation d’origine, signature d’une tradition d’un terroir et du talent des hommes. Le chasselas de Moissac est planté sur des coteaux argilo-calcaires exposés au sud. Il a de multiples arômes sucrés et sa chair est croquante. Autrefois à Moissac vers 1930 se pratiquait la cure uvale aux vertus thérapeutiques ; Moissac possèdait un uvarium. Chiffres clés : 271 chasselatiers, 509 ha, 3000 à 4000 tonnes.

Eglise de BoudouLa porte de l'église de BoudouNous découvrons d’abord l’église qui semble bien mal en point ; l’encadrement brique et calcaire est typique de la région. En face, il y avait le château construit par l’abbé de Moissac.

Mais c’est le panorama exceptionnel sur toute la vallée, la confluence du Tarn et de la Garonne et les coteaux de Gascogne que les marcheurs viennent découvrir. Par temps clair, il dévoile les Pyrénées.
L’ancien confluent a été endigué et noyé sous les eaux des fleuves lors de la construction du barrage de Malause et du canal d’alimentation des centrales électriques de Golfech à partir de 1968. Selon Boudou en Tarn-et-Garonne.

Panoramique confluence Tarn et Garonne

CalvaireUne imposante table d’orientation présente aux visiteurs les différents points d’intérêt à observer : le pont de Coudol, le barrage, le canal, etc.
Près de la plateforme du point de vue, un calvaire du XVIe/ XVIIe siècle témoigne de la coutume de bénir le tumultueux fleuve Garonne à la Sainte-Catherine pour la protection des marins et des riverains du fleuve. Selon Boudou en Tarn-et-Garonne

237421 moissac boudouImage de l’itinéraire 7km800, 104m dénivelée (+220, -154), 2h30 environ

Publié dans * 82 Tarn et Garonne, * Compostelle 82, Chemin de Saint-Jacques de Compostelle, Rando à thème, Rando familiale | Marqué avec , | Laisser un commentaire